Mbour : La cause profonde de la colère noire des populations de Fissel à l'encontre de la Seoh.

Les populations de Fissel sont finalement montées au créneau ce lundi pour dénoncer des agissements de la Société d’exploitation d’ouvrage hydraulique (Seoh), après un bras de fer de plusieurs semaines. Une affaire de factures salées livrées à certains foyers, des estimations au moment d’établir ces documents et la présence de beaucoup de compteurs défectueux dans leurs localités sont autant de raisons qui ont mis en colère les populations de cette localité. Localité située dans le département de Mbour, mise au-devant de la scène par des usagers mécontents de la Seoh.


Mbour : La cause profonde de la colère noire des populations de Fissel à l'encontre de la Seoh.

C’est au détour d’une rencontre avec la presse que Oumar Diamé Soung, le Président de la Commission eau et électricité de la cellule Ascosen Fissel a brisé le silence sur cette affaire. ‘’Nous avons convoqué ce point de presse dans le souci d’alerter, d’informer, mais aussi de dénoncer la gestion et la distribution de l’eau à Fissel, commune servie en eau par le projet Notto-Ndiosmone-Palmarin. C’est ce projet qui a confié la gestion et la distribution de l’eau à la Seoh. Cette dernière entreprise avait pour mission de garantir, d’abord, l’accès à une eau de qualité, à une quantité suffisante mais à bas-prix. Mais ce que l’on constate aujourd’hui, c’est tout à fait le contraire’’, a-t-il dit. 

 

À l’en croire, ‘’la Seoh fait tout sauf servir la communauté Fisselloise. Ce que l’on constate, c’est de la pure surexploitation. C’est du vol. Nous avons aujourd’hui des preuves tangibles que Seoh est en train de voler et d’arnaquer la communauté Fisselloise. Et ceci, nous ne l’accepterons plus’’. Il s’interroge d’ailleurs : ‘’Comment expliquer techniquement, une famille de 6 personnes qui reçoit une facture de 13 750 F au mois d’avril, et à qui on sert, au mois de juin, une facture de 320 650 F soit 110 m3 d’eau ?’’ Nous estimons qu’il n’y a aucune famille à Fissel qui peut consommer une telle quantité d’eau. Nous n’avons ici, rien de plus que des ménages moyens.  Comment expliquer à ces dizaines de famille qui allaient puiser de l’eau à la borne fontaine, qui prenaient la peine de payer les factures qu’on leur livrait et qui voient dans ces factures, la mention ‘’solde antérieure 248 646 f’’ ?

 

 Les exigences fermes des Fissellois

 

À la Seoh, il est reproché, d’avoir laissé le robinet fonctionnel jusqu’à atteindre un volume de 2 049 m3 soit 732 005 F et qui, ajouté cette somme à cette dite solde antérieure, fait un total de 980 651 F. ‘’Lorsqu’on a demandé des explications à Seoh, les responsables nous ont dit que le client payait effectivement ses factures, mais l’argent n’arrivait pas dans ses caisses. À qui la faute ?’’, se sont interrogées les populations locales.

 

Des populations déterminées, qui ont exprimé quelques exigences. ‘’Nous exigeons une eau de qualité en quantité ; la baisse du prix de l’eau ; l’accessibilité de l’eau pour tous les villages de Fissel. Et aussi une meilleure pression de l’eau, afin de mettre fin au calvaire des femmes de Fissel. On exige aussi un service de qualité, du personnel qualifié suffisant ; le changement des compteurs défectueux, dans les plus brefs délais ; la diminution de la caution exigée pour un branchement d’eau (qui est passé de 20 000 F à 75 000 F’’, entre autres. Et d’ajouter, celle de ‘’la centralisation du service de Seoh. Aujourd’hui, pour demander un branchement de Seoh, il faut aller jusqu’à Fimela qui est très loin de notre localité’’, a dit Oumar Diamé Soung. 

 

Ce dernier, d’exiger de manière catégorique, avec ses parents, ‘’le retrait, par la Seoh des factures excessives du mois de juin’’. Cela, du fait de la ferme volonté des populations de ne pas payer leurs factures du mois de juin.

 

L’arbitrage de Macky Sall réclamée

 

Adja Yacine Diouf, la Coordonnatrice du groupement des femmes de la commune de Fissel s’est elle aussi plaint de ce calvaire des populations locales. ‘’Nous les femmes, sommes cette cible qui souffre le plus de cette situation. C’est à croire que nous sommes victimes d’une discrimination, comparé au sort de nos autres concitoyennes des zones urbaines du pays. Nous sommes obligés de nous réveiller au milieu de la nuit, pour aller chercher de l’eau. Des fois, on reste à la borne fontaine jusqu’à midi pour juste avoir une bassine remplie d’eau. Aujourd’hui, on est obligé d’aller dans les lagunes pour pouvoir faire nos lessives. Nous interpellons le président Macky Sall et réclamons le départ de Seoh’’.

 

Pour Sem Diouf, vice-président Ascosen Fissel, le problème est récent. ‘’Depuis mi-juin, ladite société a livré à Fissel 47 factures d’eau exagérées. Nous avons estimé que ce n’était pas normal et avons envoyé une lettre de réclamation. Sachant que les délais de paiement étaient limités au début du mois de juillet, nous nous sommes empressés d’envoyer ladite lettre. Mais devant la détermination de ladite société à ne pas répondre favorablement à la doléance des populations qui réclamaient une baisse des factures, les populations se sont réunies ce lundi pour se faire entendre. C’est cela qui a conduit à ce point de presse pour exiger de Seoh de retirer ses factures’’, s’insurge M. Diouf.

Lundi 30 Août 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :