Mali : la note accablante de la Division des droits humains de la Minusma sur les exactions contre les civils.


Dans le Sahel, les attaques contre les civils se sont intensifiées ces derniers jours. Ces opérations conduites par des groupes terroristes ont occasionné des dizaines, voire des centaines de morts parmi les populations de cette région du monde sujettes à une insurrection armée combinant actions djihadistes et conflits intercommunautaires. Mais ce ciblage des civils ne fait que confirmer une tendance déjà constatée par la Division des droits de l’homme et de la protection de la Minusma. Dans la période du 1er avril au 30 juin, au moins 527 civils ont été tués, blessés ou enlevés/disparus, soit une augmentation de plus de 25% par rapport à la période précédente durant laquelle 421 victimes civiles ont été recensées.

La grande majorité de ces victimes, précise la DDHP, a été des hommes (465 soit 88%) suivi des femmes (39 soit 8%) et des enfants (23 soit 4%).

La note de la DDHP indique que les violences commises contre les civils se sont produites dans les cercles de Douentza, de Djenné, de Bandiagara, de Niono, de Mopti, Ségou et de Koro pour ce qui concerne le centre du Mali. Elles ont été aussi enregistrées dans le nord, notamment à Gao et à Ansongo pour un pourcentage de 15%.

Ces violences ont été l’œuvre des groupes armés terroristes, des milices et groupes d’autodéfense communautaires mais aussi des forces de défense et de sécurité, sans oublier les forces régionales ou internationales.

Le Groupe de soutien à l’Islam et aux musulmans (GSIM) affilié à Al Qaïda et les groupes similaires ont tué, blessé ou enlevé 287 personnes durant la période étudiée par la DDHP. Les milices et groupes d’autodéfense se sont vu accusés d’avoir provoqué la mort, la blessure et la disparition ou enlèvement de 163 civils. Pour ces groupes d’idéologie salafiste djihadiste présents au Mali et qui se sont déployés dans des pays frontaliers, il s’agit à travers des meurtres ciblés de se faire craindre des populations locales.

Un cas d’amputation a été rapporté au village de Tin-Hama (région de Gao). Des éléments appartenant à l’État Islamique au Grand Sahara (EIGS) ont amputé les mains et pieds de trois hommes accusés d’avoir attaqué un véhicule de transport. À côté de ces amputations, les djihadistes font souvent parler d’eux à travers des enlèvements de civils considérés comme des collaborateurs des forces armées maliennes ou des forces internationales. La DDHP évoque le cas du journaliste français Olivier Dubois enlevé il y a maintenant plus de 130 jours à Gao alors qu’il était dans l’exercice de ses fonctions. Olivier Dubois devait interviewer un cadre jihadiste appartenant au GSIM.

Les forces de défense et de sécurité sont aussi impliquées dans ces violences puisqu’au moins 20 victimes leur ont été imputées alors que leurs homologues venus de l’extérieur ont fait 26 victimes.

Les groupes armés signataires ont eu leur part de responsabilité dans ces exactions contre les civils. «  Au cours du second trimestre, les groupes armés signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali ont tué un civil et en ont blessé quatre autres.

À cela, il convient d’ajouter leur implication dans l’enlèvement d’un homme et le viol collectif d’une femme. Au total, cela représente environ 1% du total des victimes documentées sur le territoire national », détaille la note de la DDHP qui déplore des arrestations et détentions arbitraires dans le nord du Mali, précisément à Kidal où 32 personnes y compris des mineurs étaient retenues au centre de détention de la Coordination des mouvements de l’Azawad.

Ces faits répertoriés font de la lutte contre l’impunité des auteurs de graves violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire demeure un défi majeur. C’est du moins le cas pour les autorités maliennes, d’après la note de la DDHP. À ce titre, le ministre de la Défense et des anciens combattants a signé plusieurs ordres de poursuites contre des militaires qui auraient été impliqués dans des violations des droits de l’homme. 
Lundi 30 Août 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :