Samuel Eto'o : « La présidence de la FecaFoot n'est pas un tremplin pour accéder à la Présidence de la République ! »


Même si le Cameroun tant bien que mal a réussi à disputer les deux dernières journées des éliminatoires de la coupe du monde 2026, malgré une préparation mitigé, le conflit entre le président de la fédération camerounaise de football, Samuel Eto’o et le ministre des sports se poursuit. En effet, ce jeudi, le patron de la FecaFoot a posté un long message sur sa page Instagram pour dire ses quatre vérités…
le Ministre des Sports et d
« Mes Chers ami.e.s, Que serai-je sans votre affection ? Je suis béni de compter mes amis par millions. Combien de légions êtes-vous pour faire rempart face à l'adversité qui me traque ? Vous plaidez ma cause quand les mensonges me harcèlent. Vous me défendez contre la diffamation qui veut m'abattre. Vous faites barrage quand la mauvaise foi m'accable. Je vous en remercie infiniment. » 
 
Il poursuit :  « J'ai consacré ma vie au football. Joueur depuis mon enfance jusqu'à l'âge adulte et, aujourd'hui, dirigeant sportif, j'ai donné le meilleur de moi-même. Élu à la tête de la FECAFOOT, je m'efforce de relever notre football. Je travaille vingt heures par jour pour offrir à notre jeunesse les commodités qui ont manqué à ma génération. C'est un sens donné à ma vie que de transmettre et servir mes cadets. Vous, qui m'aimez et m'appréciez, savez que je ne me cache pas pour exprimer mes idées. Oui, en 2018, j'ai voté pour le Président Paul Biya. Et je lui conserve mon soutien indéfectible. Je l'assume ! »
 
En guise de précision l’ancien attaquant international camerounais ajoute : « Et non, je ne laisserai personne me priver de mes droits de citoyen. En ce qui me concerne, soyons clairs : la présidence de la FECAFOOT n'est pas un tremplin pour accéder à la Présidence de la République. Je le redis haut et fort : Moi, Samuel Eto'o fils, je ne suis pas candidat à la présidence du Cameroun. Cette clarification me semble nécessaire pour que cesse cette focalisation malsaine sur ma modeste personne. Elle fait souffrir ma famille, fait peur à mes amis, entrave notre projet sportif et fait peser une menace sur ma sécurité. Soyons constructifs. Rêvons grand pour notre "Continent", donnons le meilleur de nous-mêmes chacun à la place qui est la sienne. Redonnons au football camerounais toute sa grandeur », a-t-il posté sur sa page Instagram. 
Jeudi 13 Juin 2024
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :