Rapport sur la revue sécuritaire (Sahel) : 45 nouvelles recommandations sur la table des États africains, une nouvelle approche pronée par Alioune Tine et Cie...


Le fondateur du Think Tank AfrikaJom center, Alioune Tine, a procédé à la présentation du rapport de la revue sécuritaire au Sahel avec comme thème central : "Extrémisme violent et État de droit." 

Ainsi, en étroite collaboration avec la fondation Konrad Adenauer, l'ONU-Femmes ou encore l'UNFPA, quatre panels comportant chacun des thèmes spécifiques ont été progressivement organisés avec la participation de diverses spécialistes en la matière. Avec comme objectif majeur de repenser et d'harmoniser les stratégies de lutte contre l'extrémisme violent dans le Sahel.

Selon le Dr Bakary Sambe, le directeur de Timbuktu Institute, trois mécanismes constituent des facteurs de facilitation de la radicalisation et de l'extrémisme violent. Il s'agit de la faible capacité d'inclusion sociale des couches vulnérables (facteurs de processus), l'injustice sociale et des frustrations (facteurs indicatifs), et les groupes extrémistes violents jouant sur les facteurs d'attraction (facteurs attractifs.)

D'ailleurs, il insistera sur la nécessité de revenir sur les causes économiques  et sociales de la faillite de l'État de droit, penser à des stratégies endogènes et multiplier les pistes de réflexion non sans manquer de procéder à la redéfinition conceptuelle de la crédibilité des Etats à lutter contre le terrorisme.

Parmi les recommandations consignées dans ledit rapport et principalement destinées aux États, figurent en bonne place, l'implication concrète de la société civile, le partage d'informations et la mutualisation des moyens, éviter la dépendance extérieure en matière de sécurité, la réévaluation de la réponse régionale par une plus forte implication de la CEDEAO et de l'Union africaine, lutter contre l'injustice sociale entres autres… 
Mercredi 25 Août 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :