Entretien / Adja Sy répond à Atépa : « C’est une personne de mauvaise foi. Il ne fait pas partie de la hiérarchie du ministère de la culture. On ne peut pas manipuler l’opinion tout le temps. Le site est fait pour être développé. Qu’il arrête ! »

C’est sur un ton délibérément offensif que l’administratrice de la « Place du Souvenir Africain » a répondu aux charges de l’architecte. Située idéalement sur la corniche et à un endroit stratégique, la Place du souvenir, selon Adja Sy « est aujourd’hui un site bien fréquenté ». Elle se désole toutefois, à travers cet entretien accordé à Dakaractu, des critiques qui n’ont aucun fondement venant de Pierre Goudiaby Atépa et revient sur la vraie mission du site. Entretien…


Depuis 5 ans passés à la tête de l’administration de la Place du Souvenir Africain, quel est le bilan à retenir ?

 

J’ai trouvé un espace sans « âme », des murs vides. La place du souvenir, il faut que les gens le sachent, n’a pas été réceptionné. C’est aussi un espace dont les travaux n’ont pas été achevés. Quand je suis venu, j’ai trouvé un document de pré-réception. Et je me suis dit comme c’est un honneur pour moi d’être choisie, je me devais de mettre les bouchées doubles. Donc je dirai que j’ai un bilan satisfaisant car nous sommes, de nos jours parvenus à changer la face de la place qui est devenue le 2e site (après  Gorée) le plus fréquenté. Il faut souligner aussi que la place du souvenir était méconnu des sénégalais. Disons que le bilan est positif.

 

Quels ont été vos rapports avec Pierre Goudiaby Atépa, celui qui a conçu cet espace ?

 

Quand j’ai pris service, étant animée par l’esprit de travail et d’intégrer tous les acteurs dans mon domaine, je suis allée le voir. Il m’a montré les plans, il m’a ensuite expliqué le pourquoi de la place du souvenir et j’ai bien apprécié l’idée. Il est allé loin même en m’expliquant ce qui a poussé le président de l’époque (Abdoulaye Wade) à penser à ce joyau que nous avons aujourd’hui et qui est ce site sur la corniche.

Il m’avait même signifié qu’il avait espoir et faisait confiance à mon esprit entrepreneurial. 

 

Vous pensez maintenant qu'il est contre la gestion du site?

 

Je pense que Pierre Goudiaby Atépa est une personne de mauvaise foi. Quand on fait des critiques, il faut les faire de manière objective. Et quand on  voit quelque chose qui ne va pas, on alerte. Je pense que c'est la posture qu'il devrait prendre.

Déjà, il nous a laissé un site inachéve avec des imperfections que nous avons du mal à comprendre. Nous faisons tout pour gérer la situation. Vous avez des photos illustratives qui montrent que pendant la periode de l'hivernage, les eaux pluviales ne sont pas évacuées par des canaux. Comme il passe tout son temps à critiquer notre gestion, il doit aussi s'auto-critiquer lui même parce que c'est lui le responsable de cette construction inachevée et qui pose beaucoup de difficultés...

 

La place du souvenir, lieu de recueillement et de commémoration?

 

La place du souvenir africain garde toujours la ligne. Elle est toujours en phase avec sa mission et ses objectifs. Il est clair que notre cher Atépa ne prend pas son temps pour voir ce qui a cathégoriquement changé dans la place du souvenir. On peut tromper une personne une fois, mais on ne peut guère la tromper tout le temps. Ce site livré en mauvais état suffit pour que l'État porte plainte. Les installations groupées ne font pas montre de sécurité. En plus, les matériaux trouvés sur place ne sont pas adaptés compte tenu de la place où se trouve le site. C'est un site de rendez-vous socio-culturel, une mémoire collective, celle de l'Afrique.

Atépa a du génie, il a été prestataire  pour créer le site et sa construction. Mais cela ne lui permet pas de venir tout le temps et de donner des directives alors que je n'ai de compte à lui rendre. Je suis bien animée par la volonté de faire de bons résultats. Le site est sécurisé, ouvert, gratuit, propre... Je pense qu'il serait plus pertinent pour lui de se focaliser sur d'autres structures privées qui rongent la corniche.

 

Les perspectives?

 

Nous avons aujourd'hui un site qui montre des aménagements qui ont pour but de faire venir des gens, de leur faire visiter le lieu culturel. Désormais, les agissements de Atépa, qui dit toujours que le site a été "cantinisé", j'en fait mon rétroviseur. Nous avons une mission à remplir et nous allons la mener jusqu'au bout pour mériter la confiance placée en nous.
DSC_9090-BorderMaker DSC_9110-BorderMaker DSC_9146-BorderMaker DSC_9167-BorderMaker DSC_9182-BorderMaker DSC_9193-BorderMaker DSC_9196-BorderMaker DSC_9205-BorderMaker DSC_9210-BorderMaker DSC_9215-BorderMaker DSC_9218-BorderMaker DSC_9221-BorderMaker DSC_9232-BorderMaker DSC_9242-BorderMaker DSC_9244-BorderMaker DSC_9251-BorderMaker DSC_9257-BorderMaker DSC_9265-BorderMaker DSC_9270-BorderMaker DSC_9292-BorderMaker DSC_9311-BorderMaker

Vendredi 30 Août 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :