Elimane Diouf, SG de la CSA aux nouvelles autorités : « Nous avons beaucoup de questions qui taraudent les travailleurs »


L’espoir porté sur le président nouvellement élu est tellement immense que les membres de la société civile égrènent les urgences. Membre de la société civile, Elimane Diouf n’a pas pris du temps pour rappeler au président Bassirou Diomaye Faye les exigences de la population.   


« Le nouveau président a convié à une large concertation » ce qu’il loue d’abord. Il poursuit, « nous allons lors de cette concertation poser sur la table les préoccupations déjà listées. Nous y serons avec un mémo qui va préciser les priorités et les échéanciers par rapport à telle ou telle préoccupation » laisse entendre le Sg de la CSA.


A l’image des autres organisations syndicales qui ont annoncé la couleur, la confédération des syndicats autonomes (CSA) ne souhaite pas avoir des interlocuteurs comme « la dernière rencontre que nous avons eu avec le gouvernement de Macky Sall, c'était le 09 février. Un point a été réglé sur les préoccupations urgentes qu’il fallait régler » regrette le syndicaliste.


Cependant, il fait savoir que l’espoir est permis avec ces nouvelles autorités. « Nous avons aujourd'hui, beaucoup de questions qui taraudent les travailleurs du secteur primaire par exemple : de l'agriculture, de la pêche qui sont entrés de se battre pour l'augmentation de leurs salaires qui été accordées aux fonctionnaires, les agents décisionnaires de l'Etat, … »


Ainsi, pour résoudre toutes ses inquiétudes, le SG de la CSA fait savoir qu’ « il est attendu des mesures fortes pour ramener la confiance et permettre aux populations de sentir que nous avons un gouvernement qui agit.  Ce gouvernement est aussi attendu sur beaucoup de chantiers, parce que nous sommes à quelques mois de l'hivernage, la question du secteur de la pêche, la clandestinité. Qu'est-ce qu'on peut faire pour stabiliser ce secteur ? »
 
En tout cas, rassure le SG de la CSA, « nous entendons participer à accompagner cette nouvelle dynamique, le vœu de la population s' exprime largement pour la rupture qui est inévitable à mon avis. Si nous regardons tout ce qui s'est passé ces trois dernières années, cette rupture est nécessaire dans la mesure où le pays a d'autres chantiers » conclut Elimane Diouf.
Samedi 30 Mars 2024
Chamsidine Sane



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :