Éducation : la fondation Karanta en Afrique de l’Ouest lance un nouveau modèle de classes passerelles


Un projet de recherche intitulé « Un nouveau modèle de classes passerelles pour améliorer l’apprentissage des enfants et des jeunes non scolarisés dans les six pays membres de la fondation Karanta en Afrique de l’Ouest », a été initié par le Consortium Fondation Karanta-Fawe-Rocare.
C'est dans ce cadre qu'un  atelier de mise à niveau des acteurs de la mise à l’essai de stratégie de scolarisation accélérée a été organisé par la DALN/MEN. Le projet, financé par le Centre de Recherche Pour le Développement International (CRDI) , cible des enfants et les jeunes âgés de 8 à 15 ans. La cérémonie d'ouverture a eu lieu à la sphère ministérielle de Diamniadio ce Mercredi 19 octobre 2022.
Dans le cadre de ce projet de recherche, le consortium a entamé un projet sur les classes passerelles pour proposer un nouveau modèle de classes passerelles qui puisse permettre aux pays membres d'enrôler le maximum d’enfants hors du système éducatif pour les insérer dans le système formel. "La particularité de ce projet réside dans le fait que la troisième étape est visée.  Au Sénégal jusqu’à présent avec tous ce qui sont intervenus dans ce domaine, à savoir l'UNICEF, le PAQUET et USAID et autres nous enrôlions les enfants qui ont décroché la première et la deuxième étape mais avec Rocare et projet Karanta, il nous propose la troisième étape qui peut être enrôlée et même intégrée le moyen. Et nous avons conçu un guide pédagogique et nous voudrions un centre d’éducation non formel qui répond aux normes et de mettre les enfants dans des bonnes conditions. Les moyens techniques sont présents, mais le côté financier n’est jamais suffisant. Même au niveau formel nous avons des difficultés pour accueillir les enfants qui sont en âge d'être scolarisés donc si nous y mettons également les non scolarisés c’est plus compliqué c’est pourquoi il est difficile de réunir les conditions que proposent ce modèle, c’est surtout les problèmes financiers. C’est pour ça que nous saluons intervention des partenaires tel que UNICEF et la banque Mondiale", a dit Mme Yacine Faye. 
Selon le Professeur Mbacké Diagne,  "c’est un projet  important car tout ceux qui viennent appuyer les actions de l’État et surtout dans les classes passerelles qui permettent de remettre dans le système des enfants non scolarisés c’est un salut pour le système parce que ça permet à l‘État de disposer assez d’offres diversifiées pour atteindre la cible. Le nombre d’enfants non scolarisés est important au niveau national et international donc il faut saluer le projet de la fondation Karanta Fawe Rocare qui a initié ce nouveau projet qui a débuté avec la prise en compte et la capitalisation de tout ce que le pays a fait dans ce domaine et ils veulent améliorer en proposant un nouveau modèle qu’ils ont appelé "Centre d’Education  Non Formel à visée Scolaire ",  a conclu le  Professeur  Diagne, Directeur de l’éducation et de la formation chargée des langues nationales au ministère de l’éducation.
Mercredi 19 Octobre 2022



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :