Dr Moussa Thior : « On n’a pas une 1ère ou 2ème vague au Sénégal… On a une épidémie de faible intensité qui évolue en plateau »


Invité de l’émission D’clique sur la Tfm, le docteur Pape Moussa Thior, coordonnateur du programme national de lutte contre le paludisme (Pnlp), a livré son diagnostic sur le caractère et l’évolution de la pandémie de la Covid-19 au Sénégal. D’après ses explications, on ne peut parler de vague au Sénégal où la période dite de pic a été dépassée depuis quelque temps. 

Pas du tout d’accord avec la gestion étatique depuis le début de la pandémie, le docteur Thior qui avait fustigé le « Restez chez vous » prôné par l’État préférant une circulation des populations pour une immunité de masse, de préciser : « Le terme vague épidémiologique a une signification très précise. Une vague épidémiologique est une courbe sur laquelle le pic doit être atteint très rapidement. Les cas montent en flèche et redescendent assez rapidement. Ce qui nous permet de constater un pic sur la courbe. Et, dans ce cas on parle de vague en se référant à la ligne formée par ce phénomène… »

Poursuivant son argumentation, Pape Moussa Thior fait remarquer : « Lorsqu’on trace la courbe du Sénégal qui a commencé en mars 2020 jusqu’à présent, l'on se rend compte que jusqu’au mois de juillet voire août, personne n’a pu définir avec certitude la période de pic. Donc ceci est en contradiction avec la définition que je vous ai donnée concernant le pic et ses éléments constitutifs. Au Sénégal, on s’est aperçu qu’on avait atteint la période de pic lorsqu’on l’a dépassée… Le pic s’est produit entre fin juillet et le courant du mois d’août. »Une question qui était restée en suspens face au caractère indécis qui avait entouré la détection de cette période de pic au Sénégal.
Pour ce qui est de la seconde vague qui est évoquée par les autorités sanitaires et le gouvernement depuis quelques semaines, le consultant international, moins alarmiste, clame : « On n’a pas une première ou deuxième vague… On a une épidémie de faible intensité qui évolue en plateau. C’est ce qu’on a  au Sénégal. Par contre, je suis d’accord sur le fait qu’on a une recrudescence des cas… Je suis d’avis avec les spécialistes qui pensent que la Covid-19 n’est pas  prête à être éradiquée de sitôt. » Il faudra vivre encore avec la covid-19 si l’on en croit la lecture faite par le Dr Thior.

Enfin, l’expert en santé publique dévoilera son avis tranché : «Nous devrons lutter pendant encore longtemps. S’il l’on prend l’exemple du paludisme, on parle souvent de recrudescences saisonnières, mais pas de vague de paludisme. On assiste à la même chose avec la covid-19 qui est un virus qui n’aime pas la chaleur et qui se propage beaucoup plus vite en période de fraîcheur… Vu qu'on doit apprendre à vivre avec le virus, il va falloir s’attendre à ce genre de recrudescence de temps en temps », conclura-t-il avec sérénité...
Mercredi 23 Décembre 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :