Tentative de viol d’une sage-femme en service : Les leaders syndicaux du Sutsas haussent le ton.


Le district sanitaire de Joal-Fadiouth a été le lieu de convergence des responsables syndicaux du Sutsas ce jeudi 24 juin 2021. Dans le centre de santé de ladite localité, un sit-in initié par des personnels de santé pour dénoncer la tentative de viol dont a été une sage-femme dans son lieu de travail, a vu défiler le Secrétaire général de l’Union régionale Sutsas Thiès venu renforcer son camarade en charge de la coordination départementale de ladite structure syndicale et de celui qui coiffe au niveau local leur formation.
 
C’est le cas avec le déplacement effectué par le Dr Pape Samba Ndiaye, responsable syndical de la sous-section Sutsas département de Mbour venu manifester son soutien aux manifestants. ‘’Nous condamnons, tout d’abord, cette tentative de viol dont a été l’objet cette sage-femme. Trouver un personnel de santé, dans son lieu de travail, l’agresser et lui laisser des séquelles, cela nous le dénonçons vivement. Si nous, personnels de santé, sommes en danger, c’est la communauté qui est en danger. Et cela engendre une insécurité pour toute la population. C’est un problème qui interpelle l’organisation des droits de l’homme, les juristes, entre autres’’, a déclaré le Dr Ndiaye qui, au nom de l’ensemble du corps médical sénégalais réclame justice pour la victime.
 
‘’Nous voulons que justice soit faite pour que l’auteur des faits soit traqué, appréhendé et sévèrement puni conformément à la loi. Nous avons déposé une plainte. Nous avons confiance en notre justice’’, a-t-il confié au micro de Dakaractu. Une occasion qu’il a mise à profit pour plaider en faveur d’une indemnisation de la dame Gnima Sagna. ‘’Il faudra que l’on prévoit des indemnisations pour tout personnel de santé qui est victime d’un accident de travail ou d’une agression, dans son lieu de travail. Aujourd’hui, c’est un Sit-in suivi de point de presse. Nous interpellons, le médecin chef de district, le Médecin-chef de région, le ministère du travail, celui en charge du dialogue social, les organisations féminines et l’Association des femmes juristes’’. 
 
Le ministre de la Santé et la police de proximité ont aussi été interpellés. Invite leur a été faite ''de renforcer la sécurité au sein des structures de santé. Nous voulons élargir ce problème au niveau régional et même national. Si nos préoccupations ne sont pas prises en compte, nous avons des stratégies pour obliger l’État à prendre ses responsabilités. Cette agression est la 4e du genre dont a été victime une sage-femme’’, a indiqué le responsable syndical de la sous-section Sutsas département de Mbour qui prévient : ‘’Nous avons posé des actes et ne comptons pas nous en arrêter là !’’
 
À cette manifestation pacifique, Papa Mor Ndiaye, Sg de l’Union régionale Sutsas/Thiès, était accompagné d’une délégation composée, entre autres, de sg des sections de Mbour, Tivaouane, Thiès, mais aussi de l’association régionale des sages-femmes. Réagissant à l’objet de ce sit-in des agents du district sanitaire de Joal-Fadiouth. ‘’Ce qui s’est passé est un évènement douloureux et très regrettable. Aujourd’hui, tout le monde est interpellé. Cela ne doit pas rester impuni. Nous sommes venus manifester notre mécontentement. Toutes les instances sont en alerte. On va s’entretenir avec le Médecin-chef de région et rédiger une lettre de protestation adressée aux autorités.  Sur le plan judiciaire même l’autorité de la structure, le syndicat et l’association des sages-femmes doivent porter plainte’’, a déclaré le patron des syndicalistes du Sutsas de Thiès. 
 
Celui-ci a déploré le manque de sécurité en milieu de travail et la précarité dans laquelle certains agents du corps médical sont confrontés. À ce propos, il a annoncé un bras de fer contre les autorités pour les obliger à mieux prendre en charge le personnel soignant. ‘’La lutte va commencer. Et dans les jours à venir nous allons amplifier la lutte. Tous les agents de l’hôpital sont derrière vous. On a commencé par ici, on a parlé avec le mari de Gnima Sagna. Donc, concernant notre plan de lutte, on ne va pas le divulguer ici, mais cette affaire va servir de leçon pour que pareille situation ne se répète plus dans notre secteur’’, a-t-il assuré.
Jeudi 24 Juin 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :