Société : Les agents de Dakar intérim sécurité dénoncent un ‘’esclavagisme déguisé’’


Société : Les agents de Dakar intérim sécurité dénoncent un ‘’esclavagisme déguisé’’
Ce qui se passe en ce moment dans la société Dakar intérim sécurité (Dis) traduit, aux yeux des travailleurs, ‘’éloquemment le retour de l’esclavagisme déguisé’’. Et cela, ces personnels affiliés à la Fédération générale des travailleurs du Sénégal (Fgts/B), l’ont clairement évoqué en public ‘’pour le regretter’’. Initiateur d’un point de presse, ce vendredi 6 décembre 2019, les agents ont haussé le ton ‘’pour dénoncer, le non-respect de la législation du travail au Sénégal par leur Direction générale’’. Un manque de respect et de courtoisie à l’endroit des vaillants travailleurs et des délégués du personnel, ont relevé les agents. Ces derniers disent ne pas exclure de ‘’saisir le ministère du travail, les autorités françaises par le biais de son Ambassade à Dakar pour que force reste à la loi’’, a relevé un document parcouru par Dakaractu.
 
Dans ledit document, les travailleurs de Dis disent être déterminés à ne plus accepter ‘’d’être les agneaux du sacrifice et se battront pour le respect de leur dignité et de leur droit’’. Pour toutes ces raisons, ils ont appelé ‘’à la mobilisation de l’ensemble des travailleurs à se tenir prêt pour faire face à toute tentative de nuire à leur carrière’’.
 
Les travailleurs de Dis qui disent exercer dans le gardiennage, la sécurité, l’escorte de fonds ont fini de briser le silence parce que, selon eux, ils ‘’traversent une situation difficile due à l’incompétence et à la mauvaise gestion de la Direction. Cette société qui emploie plus de cinq cents travailleurs, foule au pied les droits légaux des travailleurs. Il s’agit, entre autres, du ‘’retard récurrent du paiement des salaires ; du non reversement des cotisations sociales (Ipres, Caisse de sécurité sociale) ; du paiement partiel des indemnités de départ de retraite ; du non-paiement des indemnités de logement et de déplacement au personnel affecté dans les autres localités du pays ; du non-respect des dispositions de la nouvelle convention du gardiennage ; de la précarité des contrats des travailleurs ; non-paiement du rappel de l’augmentation de la prime de panier de juin 2018 à Janvier 2019  après la revalorisation du Smig ; licenciements abusifs tous azimuts ; absence de dialogue’’.
 
Ils ont indiqué qu’après ‘’plusieurs tentatives de demandes de rencontre par rapport à leurs préoccupations légitimes, la Direction générale, avec un mépris caractérisé à l’endroit des travailleurs, se croyant en terrain conquis, continue le dilatoire. Et à leur grande surprise, notent-ils, en lieu et place de trouver des solutions pour les travailleurs, Dis est présentement en règlement judiciaire et placée sous syndic.
 
Vendredi 6 Décembre 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :