Sécurité alimentaire au Sénégal : le SE-CNSA prône une souveraineté alimentaire entière à l’horizon 2035.


Le Secrétariat Exécutif du Conseil National de Sécurité Alimentaire (SE-CNSA), a organisé ce mardi 22 juin sa première édition du Forum sur les perspectives alimentaires Horizon 2035. En effet, la question de la sécurité alimentaire est devenue depuis quelque temps l'une des préoccupations majeures des spécialistes alimentaires et nutritionnels du Sénégal. Ce qui a d'ailleurs regroupé les universitaires, la société civile, les associations de consommateurs, les agences du système des Nations Unies, autour d’une telle session pour discuter en son entier les enjeux et défis nationaux pour une alimentation saine, nutritive, durable et équitable.

Ce forum, dont l’objectif principal est de promouvoir des modes alimentaires qui préservent durablement la santé des populations sénégalaises à l’initiative de l'organe chargé de la coordination et de la concertation et de la gestion de l'information sur la sécurité alimentaire, a pour vocation de permettre aux acteurs d’élucider le problème de l’autosuffisance alimentaire qui est souvent le facteur fondamental de nombreuses maladies d’origine alimentaire. Ce qui a poussé d’ailleurs le Secrétaire Exécutif CNSA, Jean Pierre Senghor à dire : « ce que nous mangeons ne doit pas nous rendre malade ». Cette assemblée doit donc permettre de lancer de nouvelles actions ambitieuses, des solutions innovantes pour transformer le système alimentaire sénégalais.

« Il s'agit de travailler d'ici l'horizon 2035, à ce que le Sénégal soit un modèle de l'alimentation qui préserve sa population des maladies liées aux pratiques alimentaires inadéquates. C'est tout le sens et la justification de ce Forum national sur les prospectives alimentaires du Sénégal », a soutenu le ministre de l’agriculture et de l’équipement rural, Moussa Baldé qui est venu présider cette journée d’ouverture du forum.

En outre, le défi que s’est lancé le Sénégal à savoir combler le gap et atteindre une souveraineté alimentaire entière et régler le problème de l’insécurité alimentaire d’ici 2035, est d’autant plus faisable, que pour Jean Pierre Senghor : « on ne peut pas avoir autant d’eau dans le pays, plus de 35 milliards de m3 d’eau renouvelable chaque année, 3,8 millions d’hectares de terres, la vallée du fleuve seul c’est 1700 kilomètres d’eau douce, ça veut dire que rien que dans la production de céréales nous sommes capable d’être autosuffisant ».

Cependant, les recommandations issues de ce forum sur les perspectives alimentaires du Sénégal serviront d'intrants au dialogue national sur les systèmes alimentaires en prélude du sommet mondial sur le système alimentaire prévu au mois de septembre 2021.
Mardi 22 Juin 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :