Santé infantile : « Si on conserve le plan de lutte contre les maladies parasitaires, le taux de prévalence sera en deçà des 20% enregistrés »


Venu assister à la restitution du rapport global de l’évaluation externe de la qualité (parasitologie) fait par la direction des laboratoires au ministère de la Santé, le Pr Babacar Faye, Chef du Service Parasitologie médicale Fac Médecine s’est prononcé sur les maladies hivernales.

« L’hivernage constitue la période de contamination du paludisme. Il y a aussi les vers qui font des ravages. Ils sont endémiques dans nos régions. Ils sont responsables de beaucoup de problèmes médicaux en terme de malnutrition, en terme d’anémie, même sur le développement psychologique de l’enfant, il entraîne un impact négatif. En plus de la co infection avec d’autres pathologies qui va aggraver ces maladies qu’on rencontre dans nos contrées » informe le Professeur. 

Il ajoute qu’ «  il y a aussi les pathologies unicellulaires qui sont responsables de pathologies graves qui peuvent même aller jusqu’à la mortalité et qui sont très importantes en terme de prévalence. Heureusement, nous avons au Sénégal un plan de lutte contre ces maladies avec des déparasitages systématiques effectués régulièrement au niveau des enfants ciblés. Ce qui nous a permis de diminuer la prévalence au niveau de notre pays. Nous pensons que si ces stratégies sont pérennes, elles pourront apporter une réponse assez importante dans la lutte contre ces maladies parasitaires.  Elles représentent entre 20 et 25% des pathologies infectieuses », conclut le parasitologue.
Mardi 31 Août 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :