Respect des normes hôtelières de la CEDEAO : Une mission d’évaluation hôtelière du ministère du tourisme à Kolda.


Pour le respect des normes hôtelières dans l’espace Cedeao, une mission du ministère du tourisme a effectué une visite dans les établissements ce vendredi 06 novembre à Kolda.

« Je peux dire que sur les 170 établissements des trois régions de la Casamance, nous avons 45 qui sont éligibles à la norme, soit à peu près 30%. Avec ces 30%  d’éligibilité il y a une bonne partie qui n’est pas en règle avec la réglementation touristique. Mais on les a classés sous-réserve avant de les classer officiellement avec un arrêté ministériel. Il faut, cependant qu’ils se conforment à la réglementation. Cela nous a permis d’évaluer un peu l’offre d’hébergement, mais aussi de faire un peu le diagnostic des problèmes », explique Ismaïla Dione, directeur de la réglementation touristique au ministère du tourisme.

Il précise les critères d’éligibilité en ces termes : « pour être éligible aux normes de la Cedeao, il faut disposer au moins de 10 chambres et être fonctionnel au moment de la visite, en étant en conformité avec la réglementation touristique. Les hôtels dans les régions du sud se situent entre une et 4 étoiles. Et ceux qui ont un standing de 4 étoiles sont très minimes. Et aujourd’hui, avec les potentialités de la Casamance, la vocation du tourisme doit dépasser  seulement celle des loisirs. Elle est à cheval entre la Gambie et la Guinée, je pense qu’aujourd’hui on doit avoir une vocation d’affaires en ayant des hôtels de standing 4 et 5 étoiles pour abriter des conférences internationales. La visite nous a permis de voir qu’il y a un réel problème aussi de sortir de l’informalité, mais avec les efforts d’accompagnement, la situation va s’améliorer.

« Nous sommes à Kolda pour vraiment procéder au classement des réceptifs éligibles à la norme Cedeao dans la région. Cette mission concerne l’ensemble des régions de la Casamance naturelle à savoir Ziguinchor, Sédhiou et Kolda.  Le classement des réceptifs hôteliers est régi par le décret 145 du 02 mars 2005 portant réglementation des établissements d’hébergement touristiques plus particulièrement aux articles 12 et 16. Ce classement est important à double titre  parce qu’il nous permet d’évaluer l’offre d’hébergement dans nos régions et donner des conseils pour améliorer l’offre. Nous sommes aujourd’hui dans une dynamique de rendre la destination Sénégal plus compétitive. Et pour cela, il faut mettre aux normes les établissements d’hébergement. C’est pourquoi, c’est une mission qui va sillonner tout le pays. Nous sommes dans le sud depuis une dizaine de jours et on a procédé au classement de l’ensemble des réceptifs éligibles », conclura-t-il.

 
Vendredi 6 Décembre 2019
Dakaractu




Dans la même rubrique :