Mbour : Focus sur l’Hôtel Riu Baobab de Pointe Sarène, son propriétaire Louis R. et les engagements de la Sapco au profit des populations locales.

Sur la Petite-Côte, l’Hôtel Riu Baobab va ouvrir officiellement ses portes, ce lundi 28 mars prochain. Le président Macky Sall y est attendu pour l’inauguration de ce réceptif d’un coût de 66 milliards de nos francs construit sur une superficie de 25 hectares. Il s’agit d’un des 4 projets hôteliers de la chaîne hôtelière internationale Riu Hotels & Resorts qui ont été réalisés en Afrique mais le seul de la sous-région ouest africaine. Pour ce projet d’ailleurs, plus de 500 emplois directs et un millier d’emplois indirects sont attendus, avait annoncé le ministre du tourisme, Alioune Sarr.


Plus que quelques heures, et le Sénégal va étrenner son dernier bijou, dans le registre des infrastructures hôtelières. C’est le président Macky Sall lui-même qui va précéder à l'inauguration, ce lundi 28 mars, de cette nouvelle infrastructure, dénommée ‘’Hôtel Riu Baobab’’. Il est l’un des 4 réceptifs de la chaîne hôtelière internationale Riu Hotels & Resorts, en Afrique. Mais, il demeure, à ce jour, le seul qui a été implanté en Afrique de l’Ouest. Il a fallu 2 années de travaux, malgré cette pandémie, pour faire sortir de terre cet hôtel. Celui-ci, doté d’une capacité de 522 chambres pour un investissement de 66 milliards de F Cfa est érigé sur 7,5 ha dans un site de 25 hectares. 
Ledit réceptif a reçu la visite du ministre du Tourisme et des Transports aériens, Alioune Sarr, ce jeudi 24 mars 2022. Une visite qui se voulait, pour le ministre, une mission d’inspection lui permettant de s'assurer, de visu, que toutes les dispositions avaient été prises pour l’accueil du Président Sall et pour l'ouverture de cette infrastructure touristique qui, dans sa 1ère phase, est composée d’une unité hôtelière haut de gamme. Cette réalisation va générer, selon M. Sarr, 500 emplois directs dans différentes catégories et plus de 1 000 emplois indirects. 
 
Sur le site où une équipe de Dakaractu a effectué une descente, ce vendredi 25 mars, des agents s’affairaient à la préparation de la cérémonie officielle d’ouverture de l’Hôtel Riu Baobab. Face à l’entrée principale de ladite infrastructure, un chapiteau est en train d’y être dressé pour accueillir les autorités, mais aussi les responsables dudit établissement hôtelier. À l’intérieur, au moment où certains donnaient les derniers coups de peinture, d’autres s’investissaient à gérer les derniers réglages. Du dehors, l’imposant bâtiment qui se dresse à perte de vue, aux couleurs marron-beige avec l'insigne ‘’Riu’’, peint en rouge, ne côtoie que quelques rares constructions. 
 
Et s’il faut désormais compter l’Hôtel ‘‘Riu Baboab’’, parmi les établissements hôteliers de référence du Sénégal, l’on doit aussi rappeler qu’il est l’une des dernières réalisations de cette chaîne dont l’ouverture est prévue ce 28 mars 2022. Cela, à l’image de l’Hôtel Riu Plaza Manhattan Times Square à New York (Usa) ; Hôtel Riu Jambo, à Zanzibar (Tanzanie) ; Hôtel Riu Palace Kukulkan à Cancun (Mexique) ; Hôtel Riu Latino à Costa Mujeres (Mexique). Lesquels vont ouvrir leurs portes courant 2022 – 2023. Doté d’un restaurant principal et de restaurants à thème, l’infrastructure renferme 4 piscines dont une pour les enfants avec toboggans. 
 
 
Hotel Riu Baobab, un des derniers nés de la chaîne hôtelière
 
 
Parmi tant d’autres localités de ce département de Mbour, c’est la Pointe Sarène, un site touristique situé sur la Petite-Côte au sud de la commune de Mbour (région de Thiès) qui a eu la chance d’abriter le site de cet Hôtel. Il est situé à 100 km de Dakar et à 50 km de l'Aéroport international Blaise-Diagne (Aibd) soit à 1h 15 minutes de route. Riu Baobab a établi ses quartiers dans un site qui, selon une fiche technique mise à la disposition de la presse, offre d’importantes opportunités de développement touristique balnéaire et animalier par la qualité de son paysage, sa plage en forme de pointe et la proximité de 2 500 hectares de forêt classée.
 
En novembre 2019, pourtant, l’acquisition par le milliardaire espagnol Luis Riu, desdits 25 hectares pour la réalisation de deux hôtels dans la station balnéaire de Pointe Sarène, avait fait grand bruit, au Sénégal. Cela n’a pas empêché aujourd’hui, M. Riu d’aller au bout de ses ambitions, accompagné dans ses projets par les autorités étatiques. L’Hôtel Riu Baobab a alors vu le jour, permettant à la Pointe Sarène d’intégrer, de nouveau, le cercle des localités dotées, d’au moins, un établissement hôtelier après le triste sort de Sarène Beach Hôtel. 
 
Concernant les promoteurs de ce projet d’envergure, il faut comprendre, qu’il constitue une des tentacules de la chaîne hôtelière internationale Riu Hotels & Resorts, aujourd’hui vieille de 69 ans. Celle-ci trône à la 32e place parmi les chaînes hôtelières, au monde, d’après le classement 2021 de Hôtels magazine ; 2e en Espagne en chiffre d’affaires et 4e en nombre de chambres (selon le classement 2021 de Hôtels Hosteltur). 
 
Relativement à l’histoire de ce Groupe Riu, ladite structure informe que c’est en novembre 1953, que Juan Riu et son épouse Maria Bertrán ont acquis l’hôtel San Francisco, avec leur fils (Luis Riu Bertrán). C’est un petit établissement de 80 lits situé à Playa de Palma (Majorque, Espagne). Celui-ci devient ainsi le premier hôtel de la future chaîne hôtelière internationale Riu Hotels & Resorts. Et moins d’un siècle après, voilà que Riu fils vient à enrichir le patrimoine familial en le multipliant par 100. Cela est apparu dans la fiche technique du Groupe Riu qui dit compter 100 hôtels répartis dans 20 pays. Ce sont 4 pays africains (Maroc, Sénégal, Cap Vert et Tanzanie avec 15 hôtels), 8 pays américains (42 hôtels); 3 pays asiatique (4 hôtels) et 5 pays européens (39 hôtels). Des infrastructures qui renferment 49 832 chambres renfermant 100 011 lits, gérées par un personnel fort de 28 004 personnes., travaillant tous pour le compte de Luis et de sa sœur Carmen Riu (67 ans), qui, depuis 1998 assument les fonctions d’administrateurs délégués. Ensemble, ils partagent la direction de l’entreprise en se complétant et en apportant à la société leurs meilleures qualités.
 
Pointe Sarène, en attente de la première visite d’un président de la République, au pouvoir
 
Avec l’érection de ‘’l’Hôtel Riu Baobab’’ dans sa zone, c’est la notoriété de Pointe Sarène qui est propulsée au-devant de la scène mondiale. Dans cette localité sérère où la pêche, l’élevage et l’agriculture étaient les activités principales pourvoyeuses de ressources pour les populations, est attendu le président Macky Sall. Ce, pour l’inauguration du nouveau réceptif hôtelier. Une visite qui constitue, selon le porte-parole des jeunes de ladite localité, la première faite par un président au cours de son mandat.
 
À la veille de cette visite présidentielle qui cristallise toute l’attention des autorités ainsi que celles des représentants du promoteur (Louis Riu), une partie de la population de Pointe Sarène, elle, menace de saboter la cérémonie. Le ton a été donné, il y a quelques jours par quelques jeunes qui disent être membres du Collectif des populations de Pointe Sarène. Ces derniers qui dénoncent un non-respect des engagements qu’avait pris la Société d’aménagement et de promotion des Côtes et zones touristiques du Sénégal (Sapco-Sénégal), ne demandent rien de plus que la restitution de leurs terres. ‘’Nous voulons nos terres!’’, scandaient-ils devant les locaux de l’Hôtel Riu Baobab’’ dont le chantier était à terme. Dans les pancartes exhibées, à cette occasion, ils réclamaient, entre autres, ‘’le lotissement des terres à usage d’habitation; le respect du protocole d’accord signé avec la Sapco’’. 
 
Dans ce protocole d’accord signé le 29 juin 2016, dont Dakaractu a une copie, entre la Sapco-Sénégal et ledit Collectif des populations de Pointe Sarène, représenté par Michel Sarr, chef de village agissant es-qualité des promesses avaient été faites. 
 
C’est le cas, dans son article 2 qui porte sur l’indemnisation des populations qui exploitaient précédemment des zones à usage agricole. À ce niveau, Atou Sène, un des leaders de ce collectif, dans un entretien téléphonique a déclaré qu’il existait plusieurs propriétaires de champs laissés en rade qui sont très frustrés. Une frustration causée par la modicité de la somme qui leur est allouée en terme de dédommagement (50 000 F Cfa), ou par l’absence de paiement de ce qui leur avait été promis par l’État avant d’entrer en possession de leurs terres.  
 
Même l’implantation d’un centre de formation aux métiers du tourisme qui leur avait été faite (article 4) ainsi que la promesse faite aux populations locales, d’accorder, dans le cadre de ses besoins en personnel, ‘’une préférence aux ressortissants de la zone qui présentent les profils recherchés’’, n’a pas connu un début d’exécution. 
 
Il en est de même de l’engagement pris par Sapco-Sénégal de soutenir ‘’également la production des produits halieutiques  et agricoles de la zone en suggérant aux exploitants implantés sur le site de leur accorder la préférence dans leur approvisionnement, notamment par la mise en place d’une centrale d’achat en partenariat avec la collectivité locale’’. Des engagements qui ne représentent qu’une poignée sur la multitude qu’avait prise la Sapco, dans ledit protocole.
 
Mais cette volonté de se faire entendre n’est pas partagée par tous les riverains de l’Hôtel Riu Baobab. La preuve, une frange de la population locale estime qu’une volonté politique expliquerait ces agitations. ‘’C’est parce qu’ils ont entendu parler de la prochaine visite du président Macky Sall que ces jeunes pro-Sonko, veulent semer la zizanie. C’est eux qui s’agitent aujourd’hui ici. Parce que ce qu’ils ont inscrit sur leurs banderoles et les exigences qu’ils posent sont insensés. Ils menacent de porter des brassards rouges, le jour de l’inauguration de ce nouveau réceptif, mais leurs menaces ne nous ébranlent pas d’autant qu’on est plus occupés à offrir un accueil mémorable au président Macky Sall. Un accueil digne de son rang pour la simple raison qu’il sera alors le premier président du Sénégal, encore au pouvoir, à fouler le sol de Pointe Sarène ’’, a indiqué Moustapha Ndiaye.
Lundi 28 Mars 2022
Dakaractu




Dans la même rubrique :