Makka et Bakka : Il y aurait deux Mecques


Makka et Bakka : Il y aurait deux Mecques
Il est notoire, et pour la 1440éme fois, que notre Prophète Mohamed (psl) continue de déranger. Autant dereproches lui sont faits. A commencer par son prénom, Mohamed. Son lieu de naissance, la Mecque. Sa tribu, Khoreish. Sa filiation, Hachémite. Une hypothèse le fait venir d’Iraq, une autre de Syrie. Une troisième de Jordanie, une quatrième de Gaza. Celle de Gibson, de Pétra. Prenons au sérieux, ne serait-ce qu’un instant, l’hypothèse de Pétra dont l’essentiel repose sur la substitution de la Mecque à Bakka. La logique voudrait que les musulmans qui se sont divisés en deux groupes qui se faisaient la guerre aient retenu chacun l’un des deux sites ( Bakka pour les uns, Makka pour les autres) comme siège et centre religieux. Pourquoi il n’en a pas été ainsi ?

La logique voudrait, si Gibson disait vrai, que les Omeyyades ou les Abbassides aient continué de faire leur pèlerinage à la « Mecque originelle ». Ce qui aurait donné un sens à cette version des deux Mecque

Rappelons que la Mecque est, et a toujours été, une cité éthiopienne ou sabéenne( royaume de Sabaa) si vous préférez. Car il existe d’autres toponymes composés des mêmes syllabes que la Mecque dont la ville portuaire de Moukalla. Mieux encore, le terme Moukaa se trouve dans le Coran, Sourate 8, Verset 39 : «  Leurs prières à la Maison( Kaaba) n’étaient que pleurs et battements de mains. »

Ce n’est donc pas une évolution tardive de Bakka vers Makka. Nous sommes, alors, devant un forcing pour faire dire aux mots ce qu’ils ne disent pas.

Les  premiers versets coraniques ont été transcrits en alphabet yéménite éthiopien. Le nom du livre Moushaf est d’origine éthiopienne. L’existence de mots provenant du vocabulaire éthiopien est attestée, notamment dans la Sourate de Saba. Le Prophète (psl) lui-même parlait Ethiopien, comme cela figure dans certains hadiths et versets coraniques. Les premiers persécutés de l’Islam se sont réfugiés en Ethiopie( 610) . Plusieurs versets mentionnent la relation entre la première communauté musulmane et le Négus. La première prière mortuaire (Prière de l’Absent) a été faite pour la mort  du souverain éthiopien en question. En 632, date de sa mort à Axoum. Il s’appelait Ashamat( dit Armaha) , fils de Abdiar. C’était le Roi d’Axoum. Suzerain de l’Empereur d’Abyssinie( Négus)
Par ailleurs, le Gouverneur Ethiopien de Sanaa, après avoir édifié une église( Al Calice) au siège de son Gouvernorat, a envoyé un groupe armé sur des éléphants. Comme en attestent aussi bien la sourate de l’Eléphant(Coran) que les registres officiels de l’Ethiopie. Cette année de l’Eléphant était justement l’année de naissance du Prophète (psl) le 22 avril 571, pas à Pétra qui appartenait à Byzance. Alors que la Mecque, elle, appartenait à la région nord yéménite du Tihama d’où le Prophète (psl) prit son surnom de Tihami. Que ses habitants étaient très majoritairement Africains, Ethiopiens. Que la Kaaba, la bâtisse sacrée, se trouve aux pieds du Mont des Abyssins. Que la langue éthiopienne, le Guèze, y était parlée ainsi que l’Amharique. Que la tribu des Maharas habite majoritairement le Tihama. Nous sommes, donc, sur les flancs de l’un des plus anciens royaumes de la terre, le royaume de Sabba. Donc contemporain du royaume de Salomon à Jérusalem (prophète Souleymane).
C’est donc au Yémen, autrement dit Araby Felicita( l’Arabie heureuse), qu’appartient la Mecque( Himya) . D’ailleurs ce pays a toujours intéressé les puissances du pourtour méditerranéen au point que les Pharaons l’appelèrent le pays de Punt (provenance de l’encens). Rappelons-nous le mythique voyage de la Reine de Saba avec son impressionnante caravane vers Jérusalem et sa rencontre avec le Roi Salomon. Preuve, s’il en était besoin, de l’ancienneté de cette voie caravanière. Qui faisait ainsi jonction entre la très ancienne voie de l’encens et, plus tard, du café avec celle de la soie et bien après, celle des épices. D’ailleurs toute caravane allant vers ou provenant de Sabba ne pouvait que passer par la Mecque. A cause du point d’eau important qu’il abrite. Ce point d’eau, Zam Zam, n’est pas un puits creusé mais une faille qui se trouve  au bas des flancs des montagnes qui entourent la ville sainte. Il y avait aussi son port maritime, Macoraba, à l’emplacement actuel de Jeddah et qui est mentionné par les historiens. Quelques fois assimilé à la Mecque ou confondu avec. Chose tout à fait normale, étant donné que certains pensent que ce mot signifie le port de Makka. Alors que le mot Bakka a longtemps signifié la mort en Arabe. C’est ainsi que nous trouvons sur des flancs de montagnes des inscriptions thamodites autour de la fameuse Domato( Dawmatoul Jandal). Des inscriptions datant d’au moins mille ans avant l’Islam. Sur l’une d’elle est écrite une prière où une personne demande à la divinité Radou( dont l’évolution a donné le prénom Réda) de faire bouquer( Bakka) son ennemi. Dans le sens de le faire mourir, peut-être de soif ou à cause de l’aridité. Son rapport avec Boukka est tout à fait logique. A cause des pleurs déclenchés par la peur de la mort éprouvée par le mourant et de ceux des proches affligés par la mort de ce dernier. D’où le lien entre Boukaa ou Bakka, mort au sens propre, signification thamodite et Boukaa, pleurs, par extension et au sens figuré du mot. Ce qui vient d’être dit n’exclue pas l’expression biblique de la Vallée des Larmes( Boukkaa) . L’extension du mot étant le produit du nomadisme commun aux Arabes et aux Hébreux qui utilisent la même réserve de vocabulaire 

Sur sa dimension, il se trouve que les villes anciennes se dépeuplent pour se repeupler à travers le temps. Comme c’est le cas de la ville de Rome dont le nombre d’habitants avait atteint deux millions  du temps des Romains avant de se dépeupler en n’abritant que trente mille pour atteindre sa taille actuelle.

Le point d’eau de la Mecque fait partie d’un chapelet d’oasis dont le célèbre Domato mentionné par les chroniqueurs d’époque. C’est-à-dire le fameux Dawmatoul Jandal qui abrite, d’ailleurs, le premier minaret de l’Islam. Il fut construit par le Khalife Omar sur son chemin vers Jérusalem nouvellement conquise. Ce minaret est dirigé vers la Mecque. Ainsi que Taymaah qui n’est pas loin de Domato que le roi Assyrien Tiglat Blacer( 555 à 539 A.J.C) a édifié pour en faire sa capitale.

Rejeter le rôle majeur de la Mecque comme principale station caravanière devient vrai lorsqu’on cherche à la rattacher à la route de la soie ainsi qu’à celle des épices.

Toutes ces allégations deviennent fausses si l’on tient compte de l’importance de l’Arabie Félicita dont la Mecque constitue l’entrée septentrionale.

1. L’hypothèse de Dan Gibson se base sur une autre beaucoup plus fragile, celle-là. Il s’agit de la non historicité de la personne du Prophète Mohamed (psl) , thèse chère aux Révisionnistes( Bernard Lévi). Battue en brèche par les messages de l’Envoyé de Dieu aux cinq souverains qui gouvernaient le monde en son temps :

• L’Empereur Byzantin( Empire Romain Oriental)
• L’Empereur des Perses( Kisra)
• Le  Négus.d’Ethiopie
• Le Patriarche Copte d’Alexandrie
• Les deux frères Souverains d’Oman, tous deux fils d’AL jalandi.
• L’Empereur de Chine si l’on adhère aux affirmations de Gibson concernant le Waqass . Compagnon et Envoyé Spécial du Prophète(psl) enterré à Guangzhou (Canton)
Ainsi que les différentes réponses de ceux-là. Lesquelles réponses ont été retenues par l’Histoire

Ce qui vient d’être dit bat en brèche la théorie de Dan Gibson et de ses acolytes locaux ou d’ailleurs.

Avant d’ouvrir leur bouche se sont-ils demandé pourquoi il n’y a qu’une seule Mecque et non pas deux ? Dont l’une s’appellerait Bakkata( même à l’état de ruine) et l’autre Makkata. Cela rendrait amnésique le million de musulmans contemporains du Prophète (psl) et venant des trois continents d’un seul coup. Alors que cent mille parmi eux sont venus répondre avec un grand Labeyka à l’appel pour le pèlerinage à la Mecque. Ces hypothèses spéculatives et provocatrices à l’encontre des musulmans que nous sommes sont comme ceux qui cherchent à donner aux mirages une dimension liquide.

L’hypothèse de Pétra ne tient pas. Ce, et d’autant plus que cette cité antique qui porte un nom grec qui signifie pierre se trouvait sur le territoire de Byzance. Son nom arabe Nabatéen  est Raquim évoqué dans le Coran (Sourate de la Grotte) et renvoie à numéro ou lettre. A cause des nombreuses inscriptions (glyphes) se trouvant sur les lieux.

Nous savons que l’importance d’un mouvement aussi impressionnant que celui du Prophète ( psl) n’aurait pas été pris comme un spectacle pour amuser le regard de l’armée byzantine (Empire Romain Oriental).

2. L’histoire officielle de Byzance ignore complètement la présence sur son territoire d’un lieu de pèlerinage se trouvant à quelques encablures de la première église   chrétienne historique. Et sur les lieux du tombeau du prophète Aron, frère de Moise. A quelques encablures du mausolée de Jésus (Sainte Sépulture à Jérusalem) .

Monsieur Dan Gibson cherche à semer le doute à la place de la certitude. Car la qibla ne fait pas partie du credo musulman. Le Coran dit : «  La félicité n’est pas de s’orienter vers l’est ou vers l’ouest mais elle appartient à celui qui est pieux. » Dans un autre verset il précise : « Quelle que soit votre orientation la face de Dieu s’y trouve. » C’était une réponse à des groupes qui avaient du mal à trouver le point d’orientation vers Kaaba.  Mieux, le Prophète (psl) lui-même donne aux habitants de Sanaa (où il ne s’était jamais rendu d’ailleurs) un point d’orientation vers la Mecque. Lequel se trouvait confirmé mille cinq cents ans après par GPS.

Mais, monsieur Gibson, pendant que le Prophète se trouvait Médine, les caravanes Khoreishites avaient un passage obligé à l’ouest de la ville pour se rendre à la Mecque. Distante de cinq cents kilomètres dans la direction sud est. Alors que Pétra se trouvait aussi à cinq cents kilomètres de Médine mais, cette fois-ci,  au nord-est. Ce qui signifie que ces caravanes attaquées par les troupes musulmanes sont passées sur une transversale de Pétra ou même par Pétra. Si elles s’étaient arrêtées là il n’y aurait jamais ces échauffourées qui ont causé la première bataille de l’Islam, celle de Badr.

Pendant la bataille de Badr les deux troupes musulmanes se sont battu prés du point d’eau du même nom. Les troupes étaient dirigées par le Prophète (psl) lui-même. Le lieu n’a jamais changé d’adresse. C’est toujours sur le chemin de la Mecque d’où provenaient les troupes mecquoises. Abdoulah ibn Zoubair, présumé fondateur de la Mecque était encore au sein.

Monsieur Gibson, la chose la plus facile que vous auriez pu trouver à Pétra ou sur le lieu que vous situez à vingt cinq kilomètre de là c’est le cimetière de la communauté musulmane que vous semblez oublier. A moins que les ossements ne se soient déplacés avec les caravanes des vivants.

Que dire de l’absence de pierres portant des inscriptions coraniques ou non coraniques ? Ou encore si ce n’est pas trop vous demander, les anciennes constructions, notamment la fameuse Dar al Nadwa ?

Savez-vous que pour venir au Hadj le Prophète (psl) avait fixé des points cardinaux ( miqates) à partir desquels les pèlerins devaient se vêtir de leurs tenues de pèlerins et faire leurs vœux. Et, ce, à partir des axes cardinaux, au nombre de neuf. A partir desquels on se doit d’être en état de pureté rituelle pour le pèlerinage. L’un de ces axes se trouve dans une ile en Mer Rouge, non loin de Djeddah (vous avez dit Pétra ?). Celui des Yéménites devait logiquement se trouver sur un point au sud de Pétra. Et très au nord de la Mecque, si vous dites vrai.

Monsieur Gibson, vos prétentions sont bien proches de celles de quelqu’un qui veut nous démontrer que Waterloo c’est London. Ou que New York se trouve réellement à Tijuana..

En visitant et,  même,  en regardant sur Google Earth l’endroit où le Prophète (psl) a été accueilli à son arrivée à Médine, ou Yathrib si vous préférez,  se trouve à Thanyat al Wadda( le Chemin des Adieux). C’est là où a été chanté le fameux Talla Badrou Alayna récemment repris par la troupe philarmonique du Canada.

3. La Qibla. D’abord on ne peut être respectable sur le plan intellectuel en demandant à de petits groupes d’individus se trouvant ça et là d’être précis sur la direction qu’ils prennent pour viser un lieu distant de plusieurs milliers de kilomètres. On peut en dire de même de Arafat, de Minnah, de Mouzdalifat. Sans compter que la Mecque était bien approvisionné en fruits frais provenant de la ville voisine de Taif. Un château d’eau situé à quarante cinq kilomètres à vol d’oiseau.

Vous insistez beaucoup sur le terme Oum al Khoura, situé dans le Coran……………………pour dire qu’il s’agissait d’une mégapole. Or Oum al Khoura signifie mère des villages. La mère des villages ne peut être qu’un village plus gros que les hameaux. Quant aux cités, le singulier est misr( Egypte, par exemple) et le pluriel amsar( cités, villes, gros bourgs…….) Votre collaborateur Kowétien traduit oum al khourah par mére des cités et dont vous tirez la conclusion en disant mégacité . Il y a lieu de faire deux réserves.

La première est que le Kowétien en question est d’ethnie et de culture perse et ne connait pas les nuances de l’Arabe. Ce qu’il dit est d’autant plus faut qu’il y a non loin de la Mecque un autre village qui s’appelle Kariat, c’est-à-dire le pluriel de karia( village) . Peut-on tirer la meme conclusion de cette expression linguistique ? Revoyez votre copie .

Monsieur Gibson, tout en refusant les sources musulmanes dans votre démarche,  vous ne retenez que des citations tirées de ces mêmes sources musulmanes. Et que vous utilisez pour votre hypothèse qui, pourtant, n’en est pas une.

Peut-être qu’un fort désir de célébrité a pris le dessus sur une démarche intellectuelle honnête. Sans doute ce désir de figurer au palmarès des révisionnistes de l’histoire vous a fait patauger. Alors qu’on ne patauge pas dans le désert, c’est un contre sens.

Ainsi, la mosquée de Guangzhou, anciennement Canton, malgré les efforts de ses fondateurs, se trouve réellement orientée vers le Kénya. Monsieur Dan Gibson voudrait-il en tirer profit pour donner une dimension Bantoue à l’Islam ? Il en est de même des dizaines de milliers de mosquées Indonésiennes et Malaisiennes, c’est-à-dire de l’ancien Malabar. Nous avons même noté un coté relevant de la malhonnêteté. Mais que,  par indulgence, nous allons considérer comme relevant de l’erreur bien qu’en la matière aucune erreur ne soit permise.

Il s’agit de lister l’ancien palais du Roi des Perses(Iwan) parmi les mosquées mal orientées. Il existe bien des routes maps ou chemins de la Mecque connus, cartographiés et décrits selon les points de départ vers la Mecque. La plupart sont contemporains du Prophète (psl). Aucune ne parle de Bakka. Ne serait-ce que comme point d’approvisionnement en eau. Contrairement à Tayma et Domato pour les caravaniers venant du nord.

Les voies empruntées par les caravanes pour relier la Mecque à la grande Syrie et à l’est méditerranéen ont été immortalisées par le fameux chemin de fer du Hidjaz qui reliait Médine à Istanbul via Damas. Et son achèvement de la gare centrale de Médine à la nouvelle gare centrale de la Mecque desservie par TGV.

Non, monsieur Gibson ! Votre idée est complètement débile. Elle souffre d’une ignorance presque totale de l’orthographe arabe. Lorsque vous utilisez Hadjar que Abdallah ibn Zubair (un jeune compagnon du Prophète (psl) aurait intégré    dans la Ka’aba vous le confondez avec Hidjr qui désigne un mur de un mètre et demi de hauteur et qui a la forme d’un fer à cheval. Et qui constitue un complément de l’édifice originel délaissé pendant une reconstruction- réfection de la Maison de Dieu qui n’a pas été complète, faute de moyens. Et comme en atteste la Sourate 49 dont le titre est Houjourat, le pluriel de Hijdra dont la signification est enceinte. C’est le Hidjr d’Ismael. C’est-à-dire l’enceinte faisant, jadis, partie de la Kaaba, d’ailleurs elle-même dirigée vers Jérusalem et non pas vers Pétra. Comme en attestent les fouilles archéologiques (des périodes précédant l’Islam) aussi bien dans les cimetières que dans les sarcophages concernant les souverains et hauts membres de la société. Elles ont toutes en commun, du Yémen au sud jusqu’au Najd où se trouve Ryad, d’être orientées vers Jérusalem. Et, ce, à des périodes qui se situent avant Jésus Christ. L’autre particularité est qu’elles sont en écritures Mousnad, d’origine Ethiopienne. C’est-à-dire de mêmes signes que le Tigrinia. Il s’agit du territoire historique du royaume de Saba ou Shiba( lion), Sabh en arabe et non pas de Pétra. Etant entendu que tout ce qui provient de l’Arabie septentrionale et qui se dirige vers Jérusalem passe par Pétra. Mais aussi par d’autres cités antiques du nord de l’Arabie telles que Tayma, Tabouk……

Dan Gibson, une mémoire collective ne s’efface pas aussi facilement. Vous avez confondu les évènements d’une bataille postérieure à celle de Ibn Zoubair qui s’était proclamé cinquième Khalife et qui fut attaqué par les troupes omeyyades lorsqu’il se trouvait prés de la Kaaba. Les catapultes utilisées ayant détruit un mur de l’édifice sacré. Il s’agit de Qarmates qui, à la fin du 9éme siècle (vers 895), ont eu à détruire la Kaaba jusqu’au ras du sol. Ils ont tué des milliers de pèlerins et fini par emporter le fameux Hadjar al Aswad( la Pierre du Noir) ou al Hadjar al Aswad(la Pierre Noire) vers leur fief de l’ancien royaume de Bahrein. A l’endroit de l’actuel Etat du Qatar. Al Qatif, leur capitale s’est vue doter d’une Kaaba( 332 de l’Hégire ou en 895). La pierre noire volée à la Mecque y a été placée.

C’est cette histoire que nous raconte Dan Gibson en remplaçant tout simplement la Mecque par Bakka ou Pétra. Ainsi qu’Al Qatif par Makka où une nouvelle Kaaba a été construite et la Pierre Noire y fut transférée pendant vingt trois ans. N’est-il pas étonnant que les mêmes causes n’aient pas produit les mêmes effets ?

A la Mecque, toutefois, les choses continuaient normalement. Les pèlerins continuaient à faire le tour des ruines de la Kaaba. Cependant il y a lieu de faire un éclairage sur les actes commis par une nébuleuse intellectuelle dont le chef de file était feu Bernard Lévis décédé le 19 mars 2018 aux USA à l’âge de 101 ans. Il s’agit d’islamophobes qui se sont partagé les rôles en matière de révisionnisme historique. Dont l’objectif est de déconstruire l’histoire de l’Islam. Visant, chacun, un pan de cette histoire vieille de quinze siècles.

Tout y est convoqué. L’histoire de la linguistique, la Bible, la Vesta des zoroastriens ainsi que la poésie arabe pré islamique prêtant aux musulmans une dimension complot. A l’instar de celle pratiquée de nos jours par les USA  

Le cas de Dan Gibson est loin d’être un cas isolé              

En effet, d’autres déplacent ou tentent de déplacer des lieux saints unanimement connus depuis des milliers d’années. Ils ont, en commun, de ramener à Pétra les lieux saints des trois religions révélées. Le Judaisme, le Christianisme, l’Islam. Et même le culte des Templiers censés être devenus les Franc-maçons.

Ainsi Dan Gibson « travaille » le sud de Pétra qu’il indique comme ayant servi géographiquement à la fondation de l’Islam. Au milieu, là où se trouvent les monuments Nabatéens, Indiana Jones nous sort le fameux Saint Graal  censé contenir le sang de Jésus à Pétra.

L’autre vidéo trader,Ashley Cowee, lui, appelle la même vallée en amont Wadi Moussa, c’est-à-dire la vallée de Moise. Et que Gibson, à son tour, va l’appeler wadi boukaa, c’est-à-dire la vallée des larmes ou des pleurs. Et, selon lui, le boukaa allait donner bakkata qui, à son tour, allait être délocalisé dans le Hedjaz pour devenir Makkata. A sa suite le corollaire de Dan Gibson allait faire d’une colline située à 1500m de Pétra Jabal Aroon( frère de Moussa). Et dit de la petite mosquée qui y est érigée un temple juif édifié par les premiers israélites. Non loin de là, coté saoudien, il n’hésite pas à faire de Jabal Alloze, c’est-à-dire le Mont des Amandiers, le vrai Mont Sinai.

Pour édifier le lecteur il y a lieu de savoir qu’il y a une nouvelle vague de pseudo historiens qui cherchent à réviser l’histoire. D’où leur surnom de Révisionnistes. C’est ce mouvement qui est à l’origine des fausses affirmations de Dan Gibson que vous connaissez.

D’ailleurs, dans le monastère de Sainte Catherine fondé au début du sixième siècle une petite mosquée a été construite par les moines. En l’honneur du Prophète Mohamed (psl) qui leur avait envoyé une lettre dans laquelle il leur donnait sa protection accompagnée d’une exemption d’impôt et d’une immunité pour les prêtres en 628. A lui seul ce document réduit vos affirmations en simples mensonges motivés par un délire paranoïaque. Le monastère fonctionne sans interruption depuis sa fondation. La mosquée y est encore, intacte. Elle est dirigée vers la Mecque. Et non pas vers Pétra.

La conclusion est que monsieur Gibson s’est engagé dans une coopération révisionniste visant à déconstruire l’histoire l’Islam, d’abord puis du Judaisme .Pour finir par le christianisme.

En effet, ce Wadi Moussa qui se déroule sur trois kilomètres va voir d’aprés ce schéma

• Le premier kilomètre en amont où est supposé se trouver la tombe du frère de Moise, Aron
• Le kilomètre du milieu censé, dans cette version, abriter le Saint Graal( Indiana Jones)
• Le dernier kilomètre en aval étant réservé à une mythique nouvelle Mecque( Bakka).
Le mythique et nouveau Sinai devenant le lieu du territoire de NEOM. La nouvelle Utopia, la Cité des réves. Sans que l’on ne sache le type et le format de ce rêve. Espèrant qu’il ne puisse s’agir d’un cauchemar en préparation

 

                                                                 

             DR AHMED KHALIFA NIASSE

 



 
Samedi 24 Novembre 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :