Le procureur implique l'Imam Ndao : "Son adhésion au projet de Matar Diokhané ne fait l'ombre d'aucun doute"

Après avoir étalé ses preuves sur les réelles intentions de Matar Diokhané vis à vis de l'Islam confrérique du Sénégal, le substitut a mouillé l'Imam Ndao qui, selon lui, était un adhérent au projet de Matar Diokhané.


Le procureur implique l'Imam Ndao : "Son adhésion au projet de Matar Diokhané ne fait l'ombre d'aucun doute"
La démonstration de force de l'Imam Ndao n'a pas convaincu le procureur quant à son innocence. Dans son requisitoire, Aly Ciré Ndiaye qui a tenté d'expliquer comment Matar Diokhané et sa bande voulaient implanter une cellule jihadiste au Sénégal, a ajouté que l'Imam Ndao avait donné son aval pour un tel projet. Ce qui l'explique selon le substitut, c'est à partir du moment que Matar Diokhané a avoué avoir pensé à l'imam Ndao quand il parlait d'un sage aux sénégalais de Boko Haram, que le religieux de Kaolack était trempé jusqu'au cou. "Voilà comment l'Imam Ndao a atterri dans ce dossier", fait remarquer le parquetier. "Il a reconnu qu'il n'a pas eu l'occasion d'en discuter avec l'accusé Imam Alioune Ndao. Mais devant les enquêteurs, il a précisé que le choix porté sur l'Imam Ndao s'explique par le fait que l"Imam Ndao présente le meilleur profil par ses qualités d'homme sage, calme. Sachant pour qu'il réussisse ces opérations, il leur devait un guide comme Imam Ndao. Mais devant vous, ils ont dit n'avoir pas pu s'entretenir mais ils l'ont fait par personne interposée. C'est là ou intervient Ibrahima Diallo", indique le procureur. Ce qui l'emmène à la conclusion selon laquelle "l'adhésion d'Imam Ndao au projet de Matar Diokhané ne fait l'objet d'aucun doute".
Et le substitut de revenir à la charge : "Ibrahima Diallo a soutenu devant la barre qu'à leur retour du Nigeria, ils sont allés directement au domicile de l'Imam Ndao mais ne l'y ayant pas trouvé, ils ont poursuivi leur chemin. Ils y sont retournés le lendemain pour avoir le même résultat. Mais au troisième jour, Matar Diokhané a envoyé Ibrahima Diallo à Kaolack pour récupérer son livre, mais aussi pour lui faire part de leur retour, de leurs ambitions entre autres. Entendu à l'enquête préliminaire, Ibrahima Diallo a reconnu avoir été reçu par l'Imam Ndao qui l'a cuisiné sur leur voyage. Il a admis avoir dit à l'Imam ce qu'ils ont appris au Nigeria et que ce dernier lui a répondu qu'ils devaient rester un peu. Diallo est retourné auprès de Diokhané et lui a rapporté le contenu de la discussion avec l'Imam Ndao. C'est un projet pour lequel il était partant dès le début."
Et pour donner le coup de semonce, il convoque les aveux de l'Imam devant la barre. "Devant la barre, il a soutenu que l'instauration de la Charia était une obligation. Il a développé dans son plan de développement local, un programme étatique. "De qui se moque t on ?", s'interroge le procureur.
Lundi 14 Mai 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :