La corruption au Sénégal : Les Sept (7) défis pour sortir dans la zone rouge. (Par Dr Thierno Thioune)


Ne semez pas la corruption sur la terre (Le Coran). C’est dire qu’au-delà de son caractère de perversion et de diversion, la corruption, par le biais de ses effets sur l’investissement, les dépenses publiques et le développement humain, impacte négativement l’économie de tout pays à fortiori celle du Sénégal avec un tissu institutionnel encore fragile et des réformes en balbutiement.

Amartya Sen dons son ouvrage « Ethique et Economie » mettait la lumière sur le bienfondé de la relation du développement économique, de la morale, voire de la moralité. En ce sens, au fondement de la science économique, la confiance occupe véritablement une place de choix.

La confiance est une institution invisible qui régit le développement économique" disait le prix Nobel d'économie Kenneth Arrow.

Dès lors, les institutions deviennent la garantie du gouvernement d'un peuple libre contre la corruption, et la garantie du peuple et du citoyen contre la corruption du gouvernement (Saint-Just) sinon l’on serait tenté de croire qu’un monde avec un gouvernement est un monde de corruption et
qu’un monde sans gouvernement serait un monde chaotique. C’est pourquoi Vladimir Poutine estimait que ceux qui luttent contre la corruption devraient être eux-mêmes irréprochables.

De surcroit, lorsque TransparancyInternational établissait en 1995 l’Indice de Perception de la Corruption (IPC), c’était pour sensibiliser, j’en suis convaincu sur l’effet corrosif de la corruption sur les affaires.

En fait, la corruption affecte le développement économique et social dans le monde et particulièrement dans les pays comme les nôtres de la même manière que l'anémie peut affecter l'hémoglobine. Elle renforce les inégalités, affecte la redistribution des revenus, détériore le cadre institutionnel et pollue le climat social.

Pour le Sénégal, le constat est sans appel. Le Sénégal est à un niveau alarmant de corruption avec un score de 45/100 sous la moyenne à l’instar des 2/3 des pays dans le monde. Il est 66éme mondial sur 180 pays. En Afrique, le Sénégal est 8éme de la CEDEAOet 1erdans l’UEMOA (sauf que tous les 8 pays de la zone sont dans la zone rouge)

Ce qui est frappant, à bien des égards, est le fait que notre pays stagne dans le classement au même moment où des pays comme le Botswana, le Cap-Vert, le Rwanda, les Seychelles et l’Ile Maurice gagnent des points alors que sur beaucoup de domaines et bien des engagements le Sénégal avait pris de l’avance (Doing Business,la liberté de la presse, membre du Conseil de sécirité de l’ONU…)

En réalité, le Sénégalest souvent reproché de ne pas faire suffisamment d’efforts alors que la volonté politique de lutter contre la corruption ne manque pas au regard des nombreuses initiatives entreprises notamment la traque des biens mal acquis, la reddition des comptesérigée comme règle de lutte contre la malgouvernance…

Malgréces efforts, il est constaté de manière bien souvent impuissante que depuis 3 ans le Sénégal stagne dns la zone rouge

Au vu des nombreux projets entrepris sur la marche vers l’émergence, la maitrise du niveau de la corruption est obligatoire.

Pour éviter que le développement de la croissance soit le développement de la corruption dans notre pays, tous les dossiers incriminésdevraient être vidés notamment le dossier des 94 milliards ; le dossier de Bictogo (12 millards) ; l’affaire Prodac (29 millaiards) ; l’affaire Petrotimsur le pétrole(10 milliards de dollars) ; le financement de l’autoroute Thies-Touba, celle Dakar-Diameniadio, celle Mbour-Kaolak ; le financement de la cité de l’émergence, le financement de la CICAD ; celui del’Unidak2 ; celui du port de Bargny. Il s’y ajoute qu’il serait fort appréciable quelad’établir toute la transparence qui sied sur les concessions à Necotrans, les subventions dans les intrants agricoles (engrais semences et matériels agricols), le financement du pôle industriel de Diameniadio et la réfection du Bulding administratif.

Il me semble qu’il faille aller très rapidement vers le renforcement du pouvoir de l’institution parlementaire avec comme souhaité plus de pratique à l’axe 3 du PSE (Gouvernance et Institution) mais également à l’éducation à la citoyenneté.

Ce serait le combat de tous les jours et de tous, y compris les universitaires et les intellectuels à défaut de quoi la jachère intellectuelle pourrait gagner le sommet de l'État (..) et établir la corruption comme règle.

Si la corruption n'avait jamais existé tous les enfants du pays auraient pu s'instruire et se soigner.

C’est pourquoi, j’estime sept (7)leviers sur lesquels le Sénégal peut s’appuyer pour lever le statuquo depuis 3 ans dans la zone rouge de la perception de la corruption et à terme faire du pays un candidat sérieux au club des pays à faible taux de corruption.

Il s’agit premièrement de renforcer la capacité du pays à honorer ses engagements afin de réduire le risque pays.

Deuxièmement, il faut améliorer les conditions économiques des agents économiques (moins de déficit public, plus d’emploi, plus de croissance, moins de hausse des prix des biens et services primaires et secondaires…).

Troisièmement, il nous faut raffermir la perception du pays aux yeux des dirigeants du forum économique.

Quatrièmement, il faut mettre en place, en se donnant les moyen, une justice indépendance (stricte séparation entreles pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire).

Cinquièmement, il faudrait faire en sorte que les électionsnotamment la réglementation sur le financement des partis politiques et l’organisation périodique de consultation avec la société civile soient les questions sur lesquels nous ne buttons plus (les conclusions du dialogue politique en cours pourraient aider à les dépasser).

Sixièmement, la déclaration de patrimoines et des avoirs doit être généralisée. Septièmement, la protection des lanceurs d’alertes s’impose pour la libre circulation de l’information.

Dr.Thierno THIOUNE 
Maître de Conférences Titulaire à la FASEG/UCAD
Directeur des Etudes du CREFDES
Membre du Comité Scientifique du LARED
Mardi 28 Janvier 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :