Forum sur les Ressources éducatives libres : « Les REL sont un véritable changement dans le système éducatif » (Mamadou Talla)


Sous la tutelle du Ministère de l’Éducation nationale du Sénégal, un Forum ministériel sur les Ressources Éducatives Libres (REL) et le développement en Afrique de l’Ouest et au Sahel a été organisé ce vendredi 22 octobre 2021 par l'UNESCO sous format virtuel. Autour d'un webinaire entre les différents pays invités : le Burkina Faso, la France, le Mali, le Niger et le Sénégal, l'ordre du jour étant de discuter sur l’initiative qui vise à soutenir la mise en œuvre de la recommandation de l’UNESCO sur les REL en Afrique francophone. Cette rencontre sera l’occasion pour les pays d’Afrique de l’Ouest et du Sahel d’échanger sur le potentiel des REL pour l’éducation inclusive et de qualité, l’innovation et l’accès des jeunes à l’apprentissage et la connaissance. Outre la réflexion sur les synergies et partenariats possibles pour une intégration réussie des REL en Afrique de l’Ouest et au Sahel.

Cette rencontre a donné matière au ministre de l'Éducation nationale, Mamadou Talla d'échanger sur le potentiel des REL pour une éducation inclusive et de qualité, pour l’accès des jeunes aux compétences et pour catalyser l’innovation, de partager aussi l'expérience sénégalaise sur le système éducatif dans le contexte de la pandémie de la Covid-19.

« L'apprentissage à la maison a permis d'assurer la continuité du service public des cours à travers le pays. 4 millions d’élèves et étudiants sont directement visés par cette mesure avec un canal disponible sur la TNT. Les élèves se connectent et ont directement accès à toutes les ressources pédagogiques nécessaires pour étudier ». Selon toujours le ministre, les ressources éducatives libres sont en réalité un véritable changement dans le système éducatif. « Nous sommes en pleine phase de transition numérique. Les REL permettent d'accéder à un libre accès au savoir, à un coût moins onéreux et peuvent améliorer les conditions d'apprentissage des élèves. À travers nos ambitions, notre collaboration, nous arriverons à un meilleur système éducatif ».

Mamadou Talla poursuit avec les failles de cette belle initiative surtout en Afrique. « Dans les zones les plus reculées, non couvertes, tous les élèves n'ont pas un smartphone pour accéder à l'information . Il faut aussi un moyen d'avoir une couverture internet beaucoup plus large dans ces zones ». Ainsi une bonne stratégie, une réelle collaboration entre nos pays permettra d'aller dans la bonne direction et nous ne ménagerons aucun effort pour aller dans cette direction », a-t-il dit.

Dans la même lancée, à en croire Tawik Jelasi, sous-directeur général de l'Unesco. « Il s'agit d'adapter cette initiative au contexte de la pandémie de la Covid-19, au contexte social, culturel et national. Il s'agit aussi de captiver le monde des enseignants ». Il poursuit :« le besoin en eau et électricité dans les zones les plus reculées des années 80 est devenu de nos jours un besoin de digitalisation dans ces zones. »

Il a été discuté aussi lors de ce Forum de la formation des enseignants sur l'éducation informatique, un sujet soulevé par le ministre malien de l'éducation, Mme Sidibé Dedeou Ousmane. « Il fallait créer un partenariat public-privé pour aller ensemble sur le système éducatif à long terme... »
Vendredi 22 Octobre 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :