Conclusions du Sommet extraordinaire sur la transition au Mali : Les recommandations de la CEDEAO.


À l'invitation de Son Excellence Nana Addo Dankwa AKUFO-ADDO, Président de la République du Ghana et actuel Président de l'Autorité des chefs d'État et de gouvernement de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), l'Autorité de la CEDEAO Les chefs d'État et de gouvernement ont tenu un sommet extraordinaire sur la situation politique au Mali le 30 mai 2021, à Accra, au Ghana.   

Ce sommet extraordinaire a été convoqué pour faire le point sur la crise sociopolitique qui prévaut au Mali à la suite de l'arrestation, de la détention et des démissions subséquentes du Président et du Premier Ministre de la transition le 26 mai 2021, ainsi que pour déterminer la prochaine ligne d'action pour la transition.
 
Après la présentation du rapport par S.E. Goodluck Ebele JONATHAN, ancien président de la République fédérale du Nigéria et envoyé spécial et médiateur de la CEDEAO au Mali, les chefs d'État ont exprimé de vives et profondes inquiétudes face à la crise actuelle au Mali, qui arrive à mi-chemin de la fin de la période de transition convenue, dans le contexte des défis de sécurité liés aux attaques terroristes incessantes et à la pandémie de Covid-19 avec ses conséquences socio-économiques désastreuses.

C'est ainsi que les chefs d'État ont demandé  la libération immédiate de l'ancien président et premier ministre de la transition, assignés à résidence tout en condamnant fermement ce récent coup d'État, qui est une violation des décisions prises lors du sommet extraordinaire tenu au Peduase Lodge, Aburi, Ghana, le 15 septembre 2020 et une violation de la Charte de transition.

Après de longues discussions sur la situation au Mali, les chefs d'État et de gouvernement ont pris les décisions suivantes:

Ils ont d'abord réaffirmé l’importance et la nécessité de respecter le processus démocratique d’accession au pouvoir, conformément au Protocole de 2001 de la CEDEAO sur la démocratie et la bonne gouvernance. Ils condamnent en particulier toutes les actions qui ont conduit à l'instabilité persistante au Mali et ses conséquences dans la région.

Tout en décidant de suspendre le Mali des institutions de la CEDEAO conformément aux dispositions de la CEDEAO demandent la nomination immédiate d’un nouveau Premier ministre civil et la formation d'un nouveau gouvernement inclusif devrait être formé pour poursuivre le programme de transition.

Il a été souligné la nécessité de respecter la période de transition de 18 mois décidée à Accra. Dans ce contexte, la date du 27 février 2022 déjà annoncée pour l'élection présidentielle doit être absolument maintenue. Un mécanisme de suivi sera mis en place à cet effet;F. Réitèrent les décisions antérieures selon lesquelles le chef de la transition, le vice-président et le premier ministre de la transition ne devraient en aucun cas être candidats à la prochaine élection présidentielle.

La CEDEAO réaffirme son engagement à accompagner le processus de transition au Mali et exhorte tous les partenaires internationaux (l'Union africaine, les Nations Unies et l'Union européenne) à continuer à soutenir le Mali dans la mise en œuvre réussie de la transition.
 
Les chefs d'État appellent à la mise en œuvre immédiate de toutes ces décisions conformément au calendrier de transition défini. À cette fin, ils exhortent le Médiateur à retourner au Mali dans un délai d'une semaine pour impliquer les parties prenantes sur ces décisions... 
Lundi 31 Mai 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :