Célébration de la journée menstruelle : quatre-vingt jeunes filles formées à l’hygiène menstruelle.


Une fois par mois, la femme en âge de procréation, voit ses règles appelées menstrues. Et pour briser le tabou, le Centre Conseil Ado de Kolda a décidé de former 80 jeunes adolescentes sur l’hygiène menstruelle. Cette formation permettra à ces dernières d’éviter les maladies liées à cette question. 

Ainsi, l’hygiène menstruelle sera abordée au cours de cette formation dans tous ses aspects tels la propreté, les infections sexuelles, les solutions entre autres. On constate que beaucoup de jeunes filles ratent les cours, compositions ou examens cruciaux de leur cursus scolaire à cause des menstrues. 

Babacar Sy, coordinateur du Centre Conseil Ado : « étant dans la semaine de l’hygiène menstruelle, nous en profitons pour former quatre-vingt filles sur les questions liées à la santé de la reproduction, voire à l’hygiène menstruelle. Et la formation sera suivie d’une distribution de serviettes hygiéniques.  Ainsi, elles vont pouvoir comprendre leurs corps sur les questions liées à l’hygiène menstruelle. Elles doivent savoir qu'il est normal et naturel de parler de ces questions dans le processus de l’adolescence d’une jeune fille. Et comme ce sont des filles vulnérables, il est bon d'aborder l’ensemble des éléments sur le cycle menstruel. Mais aussi en démultipliant la formation, elles aideront d’autres pendant l’apparition des règles, à utiliser des matériaux sains et non des morceaux de tissu. »  

Il poursuit avec précision : « quand une fille ne gère pas bien son hygiène menstruelle, elle risque d’attraper des infections sexuellement transmissibles. Celles-ci peuvent même conduire à une infertilité. Mais il est sûr il faut être propre et permettre à son appareil génital de respirer comme le fait son corps.» 

Pour mieux cerner le sujet, nous avons donné la parole aux femmes âgées aussi qui restent partagées sur les méthodes appliquées pendant les menstrues. Et si certaines sont pour les serviettes hygiéniques, d’autres préfèrent la méthode ancienne (les morceaux de tissu). 

Mme Tendeng (la quarantaine) d’avancer : « auparavant, nous utilisions des morceaux de tissu mais aujourd’hui, je préfère les serviettes hygiéniques. L’utilisation de ces serviettes nous évitent les infections et les maladies. Beaucoup n’utilisent plus les tissus, même s’il y a des préjugés sur les serviettes hygiéniques… » 

Hawa B (la soixantaine), n’est pas de cet avis. Pour elle, il faut utiliser les morceaux de tissu qui sont plus sûrs. À ce titre, elle précise : « j’ai utilisé les morceaux de tissu depuis mon adolescence jusqu’à ma ménopause sans contracter aucune infection ou maladie sexuellement transmissible. En tout cas moi, je ne fais pas confiance aux serviettes hygiéniques, car elles causent beaucoup de dégâts… »  

Le conflit générationnel est toujours d’actualité et celui lié à l’hygiène menstruelle en est aussi un exemple illustratif.  
Jeudi 27 Mai 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :