CODE UNIQUE DE SÉCURITÉ SOCIALE : le ministère du travail veut-il placer sous coupe réglée les principaux leviers de la Sécurité Sociale et piloter les institutions?


CODE UNIQUE DE SÉCURITÉ SOCIALE : le ministère du travail veut-il placer sous coupe réglée les principaux leviers de la Sécurité Sociale et piloter les institutions?
Alors que l’on croyait le projet de Code Unique de Sécurité Sociale définitivement enterré, il nous revient que cette initiative initiée depuis près d’une décennie refait surface dans les chantiers de l'Administration du Travail.

En effet, réapparu sous la formule avant-gardiste de la mise en place d'une protection sociale élargie à toutes les catégories sociales, le projet selon les informations obtenues, recèle en réalité une voie nouvelle de contournement de l'autonomie de gestion des institutions sociales. 


Selon un interlocuteur de Dakaractu, « sous le prétexte d'unifier le système formel en regroupement au profit de l'Administration du Travail, le moyen le plus judicieux inventé par ce département a été de vider les organes dirigeants actuels de l'essentiel de leurs prérogatives pour les transférer aux services assurant la tutelle ». 
 
Aussi, ce procédé funeste, ajoute notre source, « permettra à terme de réunir entre les mains du Ministère du Travail l'encadrement rapprochée des institutions afin les délester de leurs puissants moyens financiers et de placer sous coupe réglée les principaux leviers de la Sécurité Sociale et piloter les institutions en maîtrisant principalement leurs innombrables capacités d'investissement en faveur de services publics classiques. De fait, outre de tuer les acquis obtenus en matière de gestion prospective et de réservoir financier à la disposition des besoins de l'économie nationale, cette mission douteuse et inopportune contribuerait à limiter gravement le dynamisme et la flexibilité du système de développement. »


Par ailleurs, nous assure-t-on, cette conception, aux antipodes de la logique de la modernité de gestion du développement, consistera à court terme à bâillonner les initiatives d'envergure qui peuvent procurer à l'État du Sénégal le recours concerté à une gestion tripartite faisant appel non pas à une pratique hégémonique de gestion publique mais d'intégrer le monde moderne du management des institutions sociales en gérant des missions de service public au bénéfice exclusif des usagers. 

Les partenaires sociaux ont juré de ne pas se laisser faire. Ils se sont ainsi soulevés contre une telle initiative en dénonçant dès l'entame « une telle forfaiture qui saute aux yeux de tous comme étant inopportune, maladroite et dénuée de toute objectivité en ce qu’elle confisque visiblement les droits des travailleurs et employeurs à disposer du sort de leurs deniers et de la destination à prendre quant à l'utilisation des fonds générés par leur dur labeur, à la sueur de leur front dans le dessein de leur assurer des lendemains sûrs et sécurisés grâce à un système d'assurance sociale performant basé sur une démocratie sociale véritable ».

Aussi, un tel but reposant sur une autonomie de gestion par des organes délibérants compétents tripartites, ne saurait être conçu sans des actions concertées de partenaires sociaux engagés et responsables ayant en face une Administration du Travail totalement au service des acteurs sociaux, sont-ils d’avis. C'est pourquoi ils ont jugé nécessaire d'attirer l'attention des citoyens usagers privilégiés du service public de faire valoir les droits divers à la protection sociale dans le sens tracé plus haut et de se dresser énergiquement contre toute tentative de caporalisation des institutions sociales et d'éviter la mise en place d'un Code Unique de Sécurité Sociale dans la forme présente en Projet actuel par l'Administration du Travail.

Enfin, notre source de rappeler que toute réforme stratégique se doit de revenir aux organes actuels des Institutions sociales habilitées pour ce faire, ceci en parfaite collaboration avec les centrales syndicales de travailleurs et des organisations patronales partenaires.
Vendredi 21 Mai 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :