À BINTA SARR LY, IN MEMORIAM

La société civile africaine en deuil. Mme Binta Sarr Ly, la présidente de l’Association pour la Promotion de la Femme Sénégalaise (APROFES) s’en est allée dans la nuit de lundi au petit matin à l’hôpital régional de Kaolack, sa ville natale de Kaolack. Une immense perte pour des dizaine de milliers de femmes du Sénégal et de la sous région dont elle a porté le combat pour la dignité , toute sa vie durant.


A Kaolack, sa ville natale l’image Binta Sarr Ly renvoie à un quartier Kasnack,  à une association de quartier l’ACS Magg-Daan au départ et une ONG, l’APROFES et à une cause : celle des femmes.
Pendant prés de 40 ans cette technicienne supérieure de l’hydraulique promise à une carrière de haut fonctionnaire dans l’administration a tout laissé tomber pour un idéal. Celle d’une société plus juste où le genre ne constituerait  plus le déterminisme  principal pour avoir accès à des droits et privilèges au détriment du travail et du mérite. Une philosophie de la vie que la fille du doyen Maty Sarr a commencé à mettre en pratique au sein de la section féminine de l’Association Culturelle et Sportive Magg Daan dont elle est membre fondateur aux cotés de celui qui sera son époux Mamadou Lamine Ly ‘’Mama’’, de Bassirou Sarr, Chérif Diop, Cheikh Mané, Abdou Ndiaye, Cheikh Diop, Ndeye Diagne et autres pionniers du Mouvement Sports et Progrès (MSP).  Une éclaircie dans la nuit de la confiscation des libertés publiques et des droits individuels dans ce Sénégal de l’Etat UPS-PS et de la pensée unique où les séances de ‘’Caada  gi ‘’ laissaient éclater des talents insoupçonnés de créativité et d’expression artistiques chez les jeunes de Sara à Bongré de Ndangane à Dialègne en passant par l’épicentre que constituait le quartier traditionnel de Kasnack . Ici à travers un  théâtre populaire et engagé le procès de l’ancienne  puissance coloniale française et ses suppôts de l’époque se tenait.  Des fresques  où  la figure de Blaise Diagne s’entrechoquait avec celle de Lamine Senghor premier communiste de rang connu au Sénégal. De la verte Casamance apparut à l’époque la saga de la dame de Kabrousse Aline Sitoe Diatta ,  inconnue du grand public que ces plateformes d’expression populaire contribuaient à faire découvrir aux jeunes du Sénégal . Formée dans ce magma culturel et politique incandescent Binta Sarr Ly finit par en être le produit le plus élaboré en créant l’APROFES. Un creuset à partir duquel toutes ses réflexions sur le développement à la base  trouvaient un cadre d’expérimentation. De simple association de quartier, l’APROFES est devenue une ONG de référence touchant toutes les composantes du développement économique et social. De l’hydraulique villageoise, à la santé communautaire en passant par les mutuelles de crédits et de santé et le théâtre d’intervention populaire tout y passé. Une reconnaissance internationale consacrée par la tenue en février 2011 du premier sommet social mondial en terre africaine dans  sa ville natale. Devant des sommités de la lutte altermondialiste, elle a parvenue à inscrire Kaolack au centre des cités symboles de la cause de l’économie sociale et de la résilience contre la mondialisation sauvage. Un demi-siècle de combat que les différentes structures qu’elle a contribué à mettre en place lui survivront sans conteste. C’est tout le défi que les responsables du Magg Daan, de l’APROFES, de la mutuelle Téranga, de Woyofal Paj et de Baamtaare devront relever. Adieu Binta ! Gageons que ton immense héritage sera préservé.

 Elimane FALL, président de l’ACS Magg-Daan de

                                                  Kasnack Kaolack 
Jeudi 19 Septembre 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :