Variants de la Covid-19 : « Cette situation qui représente un danger et ce qu’il faut surveiller » (Pr Raoult)


Les mutations notées à propos du virus de la Covid-19 ont lancé les acteurs de la santé dans une course folle pour venir à bout des variants. Si les effets de ces variants sont aujourd’hui ressentis du fait des ravages qu’ils engendrent, en terme de pertes en vie humaines, des infectiologues, biologistes, microbiologistes et autres laborantins se sont aujourd’hui investis dans la recherche de leur véritable source.  C’est dans cette course folle que s’est lancé le Pr Didier Raoult. ‘’On est actuellement en train de chercher quelle est la source de ces variants. Ils sont souvent des sources zoonotiques c’est-à-dire développées chez les animaux (…). Nous, on cherche à savoir s’il y a un réservoir animal qui a permis l’émergence de ces variants et de faire le point sur leurs fréquences relatives’’, a dit le médecin français qui a co-animé, ce mercredi 31 mars 2021, une conférence de presse avec le Pr Soueymane Mboup, président de l'Institut de recherche en santé, de surveillance épidémiologique et de formation (Iressef) à Diamniadio. 
 
Le Pr Raoult, spécialiste des maladies infectieuses, professeur de microbiologie à la Faculté des sciences médicales et paramédicales de Marseille, a abordé au cours de la rencontre, l’origine des épidémies nouvelles et les animaux qui représentent le plus grand risque de sélectionner des nouveaux virus et ce qu’il dit avoir repéré comme communauté sauvage. ‘’Quand il y a une densité animale importante, qu’il s’agisse d’animaux domestiques ou sauvages, il y a un risque d’épizootie important avec un risque d’évolution rapide des microbes ou de dominance d’un microbe particulièrement efficace dans cette situation-là qui représente un danger. Donc c’est cela qu’il faut surveiller’’.  
 
L’origine des variants, leur contagiosité et leur mortalité, et les différences des variants ainsi que la raison qui explique pourquoi il y a plus de jeunes qui étaient plus affectés, sont des points qui ont été évoqués. Occasion qu’il a saisie pour signaler la découverte d’un nouveau variant. ‘’On voit se développer le variant Sud-Africain et un nouveau variant 501 à Marseille dont les autorités sanitaires françaises n’ont pas encore évalué la gravité actuelle. Le variant anglais fait 60 à 80% des cas. Il est moins mortel en France qu’en Grande Bretagne..."
Jeudi 1 Avril 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :