Santé / Octobre Rose : “Le cancer du sein fait à peu près 16%… le cancer du col de l'utérus est estimé à 17 % soit un cumul de 35 % sur l'ensemble des cancers” (Médecin)


Le ministère de l'Éducation nationale, en partenariat avec le comité de célébration du 5 octobre, a célébré la journée mondiale de l'enseignant ce Mardi 24 Octobre à la sphère ministérielle de Diamniadio. Cette journée qui coïncide avec la célébration d'octobre Rose a permis également au ministère de jouer sa partition par rapport à la mise en œuvre des activités de lutte contre les cancers en menant des dépistages gratuits pour son personnel féminin. "Cette année, nous avons réfléchi et comme d'habitude aussi, nous célébrons la journée octobre rose. Nous avons dit qu'on va combiner les deux et profiter de l'opportunité qu'offre octobre rose pour faire des activités dédiées aux personnels féminins, aux femmes enseignantes du niveau central comme du niveau déconcentré", a soutenu la secrétaire générale du ministère de l'éducation nationale, Khady Diop Mbodj, indiquant qu'ils ont désigné un programme à mettre en œuvre dans ce sens. Comme pour les  années précédentes, "en bonne intelligence, nous désignons un programme chaque année que nous mettons en œuvre pendant le mois d'Octobre. Les autres années c'étaient des dons de sang, c'étaient aussi des activités sportives comme des rencontres randonnées pédestres présidées par monsieur le ministre de l'Éducation", a-t-elle rappelé.

Selon docteur Mouhamadou Bachir Ba, oncologue radio-thérapeute à l'hôpital Dalal Jaam de Guédiawaye, les données d'YAK ont estimé qu'au Sénégal il existe entre 11.000 voire 12.000 nouveaux cas de cancer par an. Et le cancer du sein fait à peu près 16% de tous les cancers. Alors que le cancer du col de l'utérus est estimé à 17 % soit un cumul de 35 % sur l'ensemble des cancers. "À travers le monde, on sera vers 2,3 millions de nouveaux cas de cancer du sein dans le monde. Alors, c'est une épidémiologie un peu bouleversée parce qu'il y a juste quelques années, le cancer du poumon était le cancer le plus fréquent, mais actuellement c'est celui du sein qu'on diagnostique de plus en plus. Ce qui fait que l'incidence est beaucoup plus importante que le cancer du poumon. C'est un cancer qui est plutôt dans des régions tropicales en Afrique subsaharienne et un peu peut-être en Australie et ce qui explique l'incidence  liée à l'infection", a détaillé le docteur Mouhamadou Bachir Ba qui fustige les consultations tardives des patients. "Les patients se consultent tardivement et les stades sont localement avancés. Dans ce stade là, les traitements sont difficiles, sont coûteux et également, les chances de guérison sont beaucoup plus faibles par rapport à des stades précoces où tous les moyens sont disponibles pour traiter et guérir ses patients", a sensibilisé le docteur Mouhamadou Bachir Ba.
Mardi 24 Octobre 2023
Dakaractu




Dans la même rubrique :