Rufisque/Suppression de la ville : « Si l'ensemble des acteurs épouse cette réforme, cela ne se fera qu'au profit des populations » (Souleymane Ndoye, Président du Conseil Départemental)


 Suite à la sortie du ministre des Collectivités territoriales, du Développement et de l'Aménagement des Territoires, M. Oumar Guèye portant sur la suppression des villes de Dakar, Pikine, Guédiawaye, Thiès et Rufisque et réitérée par le Président de la République Macky Sall, lors de son face à face avec la presse du 31 décembre dernier, le Président du Conseil Départemental de Rufisque, monsieur Souleymane Ndoye a tenu un point de presse, ce mardi 5 janvier 2021 pour donner son opinion et sa position par rapport à cette question qui fait couler beaucoup d’encre et de salive. Occasion pour lui, de faire l'historique de la ville et de lancer un appel aux acteurs politiques, de la société civile et autres, à aborder « ce sujet avec sérénité et sans passion. ». Selon, lui "C'est en 1996 que le terme ville est apparue dans le message de nos collectivités territoriales qui n'avaient pas des compétences identiques aux communes de plein exercice qui étaient Dakar, Pikine, Guédiawaye et Rufisque", soutient Souleymane Ndoye. 
D’après lui, le débat ne porte pas sur la dénomination des communes, mais plutôt sur la bonne gouvernance et le statut des collectivités territoriales. « La ville nouvellement créée en 2014, a un statut de commune. Il n'existe pas de supériorité entre les communes, elles sont d'égale dignité. Quand une ville a un statut de commune, cette ville remplit les mêmes prérogatives que les communes de plein exercice qui ont des territoires, contrairement à la ville alors que tous les moyens sont entre les mains de la ville". 
Ainsi, le Président du Conseil Départemental d'ajouter qu'aujourd’hui, on ne parle pas de suppression de la ville mais quelle mission ou quel statut donner à la ville dans le cadre d’une mutualisation des compétences qui composent cette ville? Si ses moyens financiers sont redistribués auprès des communes de plein exercice, cela permettra à ses communes de pouvoir mutualiser des activités dans certains secteurs comme l’éducation, la santé entre autres et mettre des moyens financiers en destination de la ville qui peut avoir plusieurs dénominations. Ce sont les communes de plein exercice qui ont un territoire, des populations, des compétences transférées qui doivent recevoir les fruits de l’implantation des industries », a-t-il déclaré. Toujours selon le Président Souleymane Ndoye, l’existence de la ville empêche les communes de jouer pleinement leur rôle auprès des populations.  Ainsi, pour toutes ces raisons, « je suis en phase avec le Président de la République. Si tout se passe bien et que l'ensemble des acteurs épouse cette réforme, cela ne se fera qu'au profit des populations », a-t-il déclaré lors de son point presse.
 
Jeudi 7 Janvier 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :