Productions horticoles : Les producteurs plaident pour la mise en place d'unités de conservation.


Après le défi de la productivité, les maraîchers engagent celui de la conservation. Ainsi, dans le cadre de la tournée de la fédération des producteurs maraîchers des Niayes (FDMN), le Docteur, Macoumba Diouf accompagné des producteurs dans des champs à Bayakh et à Diogo (zone des Niayes) est revenu sur les résultats obtenus, les prévisions et attentes.

Selon lui, le gouvernement du Sénégal a subventionné  à hauteur de 46% les producteurs soit 3 500 000 000 francs Cfa estimés à 12.000 tonnes de semences de pommes de terre. Des résultats obtenus grâce aux efforts consentis par l'État depuis 2012 et qui ont fait que la production passe de 15 000 tonnes à plus de 140 000 tonnes. Près de 15 milliards en semences et engrais y ont été investis par l'État. À cause de la Covid-19, ladite fédération n'a pas célébré la journée de l'horticulture dont le thème de l'année dernière était "la relève dans l'agriculture et dans l'intensification". 
Cette année 2021, toujours dans une dynamique de respecter toutes les étapes de la production pour atteindre l'émergence, le thème de la contractualisation (vendre avant la récolte) visant également, à encourager les jeunes en est une preuve patente.

Pour gagner ce pari, ces producteurs ont appelé à un soutien des autorités pour mieux faire face aux difficultés liées à la conservation, vu l'impact de la saisonnalité et de la périssabilité des cultures horticoles. Mieux, un système innovant à l'image de l'utilisation du solaire, du goutte à goutte, de la micro irrigation par aspersion et dont les expériences ont été probantes pour les producteurs horticoles avec l'accompagnement de l'État, a permis d'impacter positivement sur le coût des rendements pour atteindre les résultats escomptés.  
Vendredi 5 Février 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :