Médias : La solution préconisée par les photojournalistes pour ne plus être brutalisés par les policiers.


Lors de chaque manifestation des populations, les journalistes et plus particulièrement les photojournalistes sont brutalisés et limités dans leur travail. Cette situation, l’Union nationale des photojournalistes du Sénégal la regrette et s’en insurge vivement. À l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de presse organisée à travers un sit-in, ce lundi, son secrétaire général Boubacar Badji en a profité pour inviter les forces de défense et de sécurité à des concertations sérieuses pour que chacun puisse jouer convenablement son rôle.
 
‘’Je crois qu’il est l’heure que soient tenues des assises sur la couverture médiatique des manifestations. Des échanges entre les forces de défense et de sécurité et les photojournalistes et les cadreurs (cameramen). Parce qu’à chaque fois qu’il y a manifestation, ce sont, nous, les photojournalistes qui sommes en première ligne. Et le plus souvent nous sommes les cibles des coups de matraques et des bombes lacrymogènes. C’est le moment que les populations sachent c’est quoi le rôle des photojournalistes et des journalistes. Aujourd’hui, on note des dérives dans les médias’’ a indiqué Badji. 
 
Parlant desdites dérives, il cite en exemple ‘’le cas dans les médias, où l’on découvre des images choquantes, des détails sur les théâtres des accidents graves’’. Des faits qu’ils attribuent à des amateurs. ‘’Généralement, ceux-là qui se permettent de rendre publiques de telles images, ne sont pas des photojournalistes, mais de simples photographes ou preneurs d’images tout court. Nous pensons aussi que les photojournalistes doivent se mettre à jour et aller poursuivre leur formation’’. À ce sujet, nous sollicitons le soutien de tous ceux ou celles qui ont une compétence reconnue en la matière pour la formation des photojournalistes. Il faut que l’on comprenne que le Sénégal a besoin de grandes écoles ou établissements dédiés à l’image, l’art graphique et les multimédias. Il faut que le niveau soit relevé pour cette spécialité afin que les populations puissent savoir que ces écoles sont essentielles dans la communication’’.
Mardi 4 Mai 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :