Herry Mané, SG du directoire de campagne de Jomav : « Les raisons de notre ralliement à Embalo »


Le 29 décembre prochain, date fixée pour le deuxième tour, les bissau-guinéens retourneront aux urnes pour élire leur nouveau président. Ils choisiront entre Domingos Simoes Pereira (40%) et Umaro Sissoco Embalo (27%).
Grand perdant de ces élections, le président sortant, José Mario Vaz qui n'est arrivé qu'en quatrième position avec 12% des voix, a décidé de soutenir le candidat du Mouvement pour l'alternance démocratique (MADEM), Umaro Sissoco Embalo. 
Ce ralliement ne surprend pas les observateurs de l'échiquier politique bissau-guinéen. Secrétaire Général du directoire de campagne de Jomav, Herry Mané ne semble pas non plus surpris. 
Pour ce proche du président sortant, « le soutien apporté par Jomav à Embalo n'est pas nouveau ». « Sissoco est considéré comme un fils par le président Vaz qui a beaucoup fait pour qu'il se présente à ces élections », confie Herry Mané à Dakaractu. « Ils s'entendent bien et je dois rappeler que c'est avec Sissoco comme Premier ministre que beaucoup de choses ont été réussies. La production agricole a été valorisée. Les travaux de la route reliant Buba et Catio ont été lancés par ces deux hommes. Sissoco a payé le salaire des fonctionnaires et a épongé la dette des ambassades », liste Herry Mané qui qualifie Umaro Sissoco Embalo d'«  homme pragmatique ». « C'est un président de cette carrure dont nous avons besoin pour redresser ce pays », assure-t-il. Des qualités qu'il dit n'avoir pas décelées pas chez Domingos Simoes Pereira.
Mais le soutien de Jomav à Embalo est vu par certains analystes comme un moyen pour le président sortant de prendre sa revanche sur son ancien Premier ministre, Domingos Simoes Pereira avec qui, il est en conflit depuis 2015 après qu'il l'eut démis de ses fonctions de Premier ministre. « Non ce n'est pas le cas », nie le SG du directoire de campagne du président Vaz. Herry Mané assure que DSP et Jomav n'ont pas de problème. « DSP a voulu protéger des gens qui étaient avec lui et qui avaient des comptes à régler avec la justice, ce qui n’était pas du goût du président Jomav », relativise-t-il au sujet du conflit opposant les deux hommes.
Dans tous les cas, les deux camps jouent les prolongations de ce différend à la faveur du soutien que vient apporter Jomav à son ancien Premier ministre, Umaro Sissoco Embalo. Mais faudrait-il que le transfert de voix soit automatique.
Pour Herry Mané, il ne fait aucun doute. En tout cas, tente-t-il de rassurer leur candidat, « au moins 80% des électeurs qui ont voté pour Jomav au premier tour respecteront sa consigne lors du second tour. » Pour étayer son propos, il convoque les dernières législatives au cours desquelles, « la majorité des électeurs favorables à Jomav ont voté la liste du Madem G 15 ».
Dans le jeu des alliances en vue du deuxième tour, Umaro Sissoco Embalo semble avoir pris un avantage sur son concurrent puisqu'en sus du président sortant, il a rallié à sa cause Nuno Gomes Junior (13%) et Carlos Gomes Junior (2%), sortis 3e et 5e au premier tour. 
De son coté, Domingos Simoes Pereira soutenu jusque là par deux candidats, Idrisa Djalo et Iaio Djallo, ne s'avoue pas vaincu. 
Mardi 10 Décembre 2019
Dakaractu




Dans la même rubrique :