Environnement : Les organisations de la société civile appelées à s'outiller pour la lutte contre les changements climatiques.


L'Institut mondial pour la croissance verte ou encore 'Global Green Growth Institute( GGGI), en collaboration avec la Fondation Open Society Initiative for West Africa( OSIWA), lance un projet pilote de renforcement des capacités des acteurs non-étatiques et des communautés vulnérables aux différents changements climatiques aussi bien au Sénégal qu'en Côte d'Ivoire. Le gouvernement du Sénégal avait soumis sa contribution prévue déterminée au niveau national (CPDN) en septembre 2015.

Ce document constituait en réalité, une intention du pays à prendre part à l’effort global d’atténuation des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) et d’adaptation aux effets néfastes des changements climatiques, dans le cadre de l’Accord de Paris.

Après la validation de la contribution déterminée au niveau national (CDN), le gouvernement du Sénégal veut passer à sa mise en œuvre concrète. Pour cela, il faudra impliquer plusieurs acteurs, à savoir, la société civile faisant partie des acteurs non-étatiques car, les réelles transformations se feront à partir des actions sur le terrain.

Cette problématique des changements climatiques appelle à une identification des acteurs non-étatiques. Ils devront cependant, à leur tour s'investir dans leur domaine pour donner des avis favorables à la résolution de ces problèmes climatiques au Sénégal. 

Le directeur de l'Environnement et des Établissements classés qui a assisté aux échanges de ce jeudi, s'est exprimé sur l'accord de Paris et sur les changements climatiques en saluant d'abord, cette contribution déterminée nationale officialisée par le gouvernement du Sénégal et qui s'arrime au Pse. Toutefois, la phase de mise en œuvre va s'en suivre avec un effort considérablement attendu des organisations de la société civile...
Vendredi 19 Mars 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :