Économie : 12 125 milliards attendus par l’État pour la relance de son économie durant les années 2021/2023.


La crise résultant de la pandémie de la Covid-19 a mis l’économie mondiale à genoux. Pour se remettre sur pied, l’État du Sénégal qui, comme plein d’autres pays impactés par le coronavirus, vise un budget de l’ordre de plus de 10 000 milliards pour les deux prochaines années. 
 
‘’Il y a une forte attente vis-à-vis du système bancaire, puisque sur la période 2021/2023 il est attendu, une enveloppe du Plan de relance économique, donc sous le Plan d’action prioritaire ajusté et accéléré du Plan Sénégal émergent, il y a des financements de l’ordre de 12 125 milliards qui ont été identifiés par les services de l’État. Et dans ce montant, il est attendu du secteur privé (national et étranger), une contribution de 4 800 milliards’’, a annoncé Amadou Al Aminou Lo, directeur national pour le Sénégal de la Bceao. 
 
Du côté du système bancaire, l’État s’attend, d’après les informations parvenues à Dakaractu, à ce que le système bancaire puisse appuyer, par un financement de l’ordre de 300 milliards les Pme et les grandes entreprises, en mettant en place un système de garantie de l’ordre de 150 milliards. L’État prévoit également une enveloppe de l’ordre de 100 milliards pour le secteur informel, dont 50 milliards à travers les institutions de microfinance.  
 
Nous sortons d’un plan de résilience. À ce niveau, un effort substantiel a été fait par l’État, a reconnu M. Lo. Aujourd’hui où le Sénégal tend vers le plan de relance, les acteurs bancaires ont soulevé un ensemble de conditions qu’il faut réunir pour permettre à ce plan de relance d’avoir une contribution significative du système bancaire : il s’agit, entre autres de la qualité de leur portefeuille. À défaut, indique-t-il,  il sera difficile de compter sur les banques pour la relance. D’où son appel lancé à toutes les partie prenantes (débiteurs, État) pour que les conditions soient réunies et permettre au système bancaire d’avoir un portefeuille assaini. Ce qu’il faut dire, c’est juste qu’il est impératif que le plan de relance connaisse un succès, à défaut l’économie va s’embourber’’, a déclaré le directeur national pour le Sénégal de la Bceao. 
Mardi 27 Octobre 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :