(ENTRETIEN) Serigne Khadim Bousso, Imam Masjid Touba New-York : « Le salafisme a été dévoyé (...) Si les Sénégalais commettent l'erreur d'élire un Salafiste à la tête du pays... »


Le Salafisme est-il aussi dangereux pour déchainer les passions au Sénégal ? Ces derniers temps, le sujet occupe les devants de la scène et tout le monde semble avoir son mot à dire du fait de la supposée appartenance de l'un des candidats à la présidentielle à ce courant de l'Islam. Serigne Khadim Bousso n'est pas de ceux qui crient avec les loups. Fin connaisseur de ce courant de l'Islam, il apporte son éclairage sans complaisance dans un entretien avec Dakaractu.
Issu de la famille de Serigne Cheikh Ahmadou Bamba, il a fait ses études à Touba avant de les approfondir en Arabie saoudite. Revenu au Sénégal, il intègre l'enseignement mais sa carrière d'enseignant arabe est coupé court par sa volonté d'approfondir ses études. Il s'envole alors pour les Etats-Unis où il décroche enfin son master et son doctorat. Depuis 2013, il dirige la mosquée mouride de New-York.
Dans cet entretien accordé à Dakaractu, il prend position pour les "tarikha" et ne caresse pas les salafistes dans le sens du poil. Dans une démarche plutôt académique, il estime que c'est une idéologie qui a été dévoyée. Pour lui, il faut certes faire la part des choses entre salafistes quiétistes et radicaux mais toujours est-il que la frontière entre les deux est toujours poreuse. Car, Serigne Khadim Bousso soupçonne les salafistes, de quel que bord qu’ils ils se situent d'être des dissimulateurs. S'il le dit, c'est parce qu'il connait l'histoire de la pénétration de cette idéologie au Sénégal. A l'en croire, quoi qu'une branche du Salafisme tente d'accepter les confréries, ça n'a pas été le cas au début. Selon sa lecture, ils se sont résignés pour le moment, car le rapport de force ne semble pas plaider en leur faveur. Dans ce sillage, Serigne Khadim Bousso met en garde les Sénégalais contre toute idée d'élire un salafiste à la tête du pays. Le cas échéant, avertit le marabout, ils risquent de ne plus aller au Magal et au Gamou.
L'Imam de la mosquée mouride de New-York s'est aussi prononcé sur la tenue du Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique. Il estime que c'est une initiative salutaire à laquelle devraient prendre part les religieux pour montrer le vrai visage de l'Islam qui n'a rien à voir avec celui véhiculé par les “terroristes”. 
Mercredi 7 Novembre 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :