Affaire Grande Pharmacie Dakaroise / les Pharmaciens privés du Sénégal se radicalisent : vers une baisse des rideaux de 7 heures de temps vendredi prochain.


Vendredi prochain, se procurer un médicament entre 8 heures et 15 heures risque d'être impossible. Le syndicat des pharmaciens privés du Sénégal (SPPS) menace de baisser les rideaux des officines dans cette tranche horaire si leurs revendications, à savoir le rétablissement de Aïcha Ngoundiam dans ses droits et la démission du Directeur de la Pharmacie et du Médicament, ne sont pas satisfaites. Cette décision a été prise à l'issue de leur assemblée générale extraordinaire du 9 avril dernier.

Les pharmaciens privés du Sénégal protestent contre ce qu'ils qualifient de “flagrant délit” et “détermination” des autorités et de l'Ipres “à imposer leurs forfaiture”. De quoi s'agit-il ?

Face à la presse à leur siège ce vendredi 15 avril, les syndicalistes ont étalé les raisons de la radicalisation de leur position.

Le 11 février dernier, le ministre de la Santé et de l'Action sociale a décidé d'abroger l'arrêté portant autorisation pour Aïcha Ngoundiam Mbodj d'exploiter la “Grande Pharmacie Dakaroise”, sise au plateau. Selon les syndicalistes, “cette décision, injustifiable, prise sur présentation d'une note du directeur de la Pharmacie et du Médicament”, n'a été notifiée à l'intéressé qu'un mois plus tard. Ce, en dépit d'une décision de justice déjà rendue en faveur de Aïcha Goundiam Mbodj en novembre 2021. 

En effet, en 2020, la direction de la Pharmacie et du Médicament avait pris la décision d'instruire un dossier de transfert de la Pharmacie Nation sur le site appartenant à la Grande Pharmacie Dakaroise depuis 1953, d'après le vice-président du syndicat des Pharmaciens privés du Sénégal. Après avoir attaqué cette décision, Aïcha Ngoundiam Mbodj a obtenu gain de cause auprès de la Chambre administrative de la Cour suprême.

En même temps, une autre action avait attaqué le contrat de bail établi par l'Ipres au profit de la Pharmacie Nation, devant la chambre administrative du Tribunal du Commerce. “Cette procédure est toujours en cours et a fait l'objet de huit renvois depuis le mois de juin 2021”, rapporte le Docteur Élimane Kane lors de son face à face avec les journalistes.
Considérant qu'ils ont le droit de leur côté, les pharmaciens privés envisagent non seulement d'aller en grève vendredi prochain mais n'écartent pas de renouveler “la baisse des rideaux autant de fois que nécessaire pour une durée de 24 heures”. Les syndicalistes tiennent l’État responsable pour toute conséquence qui pourrait découler de cette action évitable à condition que des compromis soient trouvés d'ici là.
Vendredi 15 Avril 2022
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :