1er Mai : Cheikh Diop étale les difficultés des travailleurs de Fortsesa, des phosphates de Ndendory, Twyford, Ngadiaga ou encore CGO Diogo.


Le Secrétaire général de la CNTS/Fc, Cheikh Diop, est très remonté par l’entreprise minière Fortsesa. En plein tourment médiatique avec l’incendie d’un de ses puits de gaz à Ngadiaga, la Direction de cette entreprise a entrepris de mettre en chômage technique plusieurs de ses salariés. « Ces travailleurs sont dans des conditions inimaginables pour une entreprise qui écoule toute sa production journalière, les travailleurs sont dans des conditions précaires, mis en chômage technique sans salaire et étaient déjà à trois mois d'arriérés de salaire. Fortsesa ignore les cotisations sociales royalement », a-t-il accusé. Il a demandé au Chef de l’État d’intervenir face à ces violations flagrantes des travailleurs. 

Il a aussi demandé au Chef de l’État de mettre un terme aux violations des droits et libertés des masses laborieuses dans le secteur minier et a cité dans ce sens, les travailleurs des phosphates de Ndendory qui selon lui, sont restés 16 mois sans salaire, à l’APS, à Twyford, à Gadiaga à la CGO Diogo, aux Grands moulins de Dakar ou enfin à l’hôpital Abass Ndao.

Revenant sur les manifestations du mois de Mars qui ont privé d’activités dans l’informel et le secteur formel, Cheikh Diop de faire observer que le droit de manifester ne prime pas sur le droit du travail. Les dérives constatés dans l’exercice de nos droits démocratiques ont privé des centaines de milliers de postes de travail dans le secteur du commerce et du pétrole, a-t-il indiqué. Invitant le Chef de l’État à mettre un terme aux dérives démocratiques...
 
Samedi 1 Mai 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :