Volet diplomatique de l’affaire Karim Wade : quand Bourgi roule pour Macky sur l’axe Doha-Paris-Dakar


Volet diplomatique de l’affaire Karim Wade : quand Bourgi roule pour Macky sur l’axe Doha-Paris-Dakar
« Ils savent que je sais », cet avertissement-bluff serait l’intitulé des mémoires, qui seront publiés à la Semaine des quatre jeudis, par lesquels ce dépositaire ultime des réseaux foccartiens tient une bonne partie de la classe politique française ayant eu recours à ses services occultes, auprès de certains chefs d’Etat africains.  

Me Robert Bourgi, qui a perdu de la bouteille et de l’influence au rythme du déclin amorcé de la Françafrique, a encore parlé ce mercredi. C’est dans les colonnes du quotidien L’Observateur, sur fond de polémique au sujet du retour annoncé de Wade-fils.

Dans cet entretien au long protocole, celui qui affectionne de rappeler sa passion pour les cauris prédit la réélection de Macky Sall, se laisse prédisposer à une vision sombre de la candidature de Karim Wade et est trahi par son jeu d’ombre quand il s’en prend aux réseaux parisiens de Idrissa Seck, comme pour signaler à la bienveillance du leader de Rewmi et de celle de tous les autres hommes politiques sénégalais qu’il reste l’unique Pont-Lévy menant à l’Elysée. Habile manœuvrier, il révèle dextrement n’avoir pas rencontré Macky Sall au cours de son séjour de 48h au Sénégal, alors que sous Wade qu’il lâcha traîtreusement au milieu du gué, nous avons obtenu de ces confessions qu’il lui arrivait d’être reçu au palais trois jours de suite à l’occasion de ses pérégrinations dakaroises.

Il apparaît, à la lumière des éclaircissements de l’avocat, que la présence de Nicolas Sarkozy, actuel conseiller occulte de l’émir du Qatar, pourrait être reliée au rebondissement noté dans l’affaire Karim Wade. En effet, en titrant pas plus tard que lundi passé, « Refus de s’ingérer dans les affaires intérieures du Sénégal : l’émir du Qatar a-t-il lâché Karim Wade ? », nous étions au courant d’intenses manœuvres sur l’axe Doha-Paris-Dakar.
Toute la question est maintenant de savoir si Me Robert Bourgi n’est pas en train de souffler à l’oreille de Nicolas Sarkozy (le seul ami qui lui reste) pour que ce dernier amène Cheikh Tamin Ben Hamad Al-Thani à décliner toute médiation au profit du candidat désigné du Parti démocratique sénégalais.

Comme pour enfoncer un clou de plus dans le cercueil du jeune libéral, il ébruite, usant d’un conditionnel suspect, l’existence de messes basses entre le chef de l’Etat et Karim Wade.

Qu’à cela ne tienne ! Macky Sall est invité à surveiller ses arrières. Me Robert Bourgi, bourreau de Villepin et de Fillon, qui ose salir le Président Aly Bongo malgré tout ce que son père Omar a fait pour lui, est loin d’être un ami fiable.
Mercredi 25 Juillet 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :