UGB : la "grève illimitée" des étudiants reconduite


La coordination des étudiants de Saint-Louis (CESL), par la voix de son président Alexandre Mapal Sambou, a annoncé vendredi la reconduction de mot d’ordre de "grève illimitée jusqu’à nouvel ordre", pour notamment réclamer justice pour leur camarade Mouhamadou Falloux Sène.

Ce dernier a perdu la vie le 15 mai dernier dans des échauffourées entre forces de l’ordre et pensionnaires de l’Université Gaston Berger (UGB) qui manifestaient contre le non versement de leurs bourses.
 
S’exprimant lors d’une conférence de presse marquée par une présence massive d’étudiants, il a réitéré "l’exigence de la CESL", à savoir le départ des ministres de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, Mary Teuw Niane, et de ses homologues Amadou Bâ (Economie, Finances et Plan) et Aly Ngouille Ndiaye (Intérieur).
 
Au début de leur conférence de presse, les étudiants ont observé une minute de silence à la mémoire de Mouhamadou Fallou Sène, avant de présenter leurs condoléances à la famille de leur camarde.
 
Alexandre Mapal Sambou a assuré de la détermination de ses camarades à "poursuivre le combat, jusqu’à la satisfaction" de leurs revendications.
 
Le président de la CESL a fustigé la position des étudiants de l’Universté Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar, sans les nommer, estimant que ces derniers sont allées à la rencontre du chef de l’Etat Macky Sall pour avec des motivations autres que "les revendications réelles des étudiants de l’UGB, qui sont à l’origine de l’audience que le chef de l’état a accordée’’ aux étudiants des deux universités publiques.
 
Le président Sall, suite à ce drame, a d’abord reçu en audience les étudiants de Saint-Louis, puis ceux de Dakar, suite à quoi il a annoncé des mesures sociales en faveur de la communauté universitaire.
 
Il s’agit de l’augmentation du montant des bourses et des aides sociales et de la baisse du prix des tickets-repas, le prix du petit déjeuner revenant à cinquante francs CFA contre 75 francs auparavant, celui du déjeuner et du dîner coûtant désormais 100 francs CFA au lieu de 150/
 
Les bourses passent à 20 mille, 40 mille et 65 mille francs CFA contre, respectivement, 18 mille (demi-bourse), 36 mille (entière) et 60 mille (3e cycle), des mesures prises pour apaiser le climat dans les universités suite à la mort de l’étudiant Fallou Sène dans des affrontements avec les forces de l’ordre à l’UGB, le 15 mai dernier.
 
Selon son président, la coordination des étudiants de Saint-Louis (CESL) continue de réclamer justice pour Mouhamadou Fallou Sène ainsi que pour "tous les autres camarades étudiants tombés sous les balles des forces de l’ordre" sans que justice soit rendue.
 
Il fait notamment allusion Balla Gaye et Bassirou Faye, deux pensionnaires de l’Université Cheikh Antan Diop (UCAD) de Dakar, qui ont perdu la vie dans les mêmes circonstances, le 31 janvier 2001 et le 14 août 2014 respectivement.
 
"Nous sommes pour une université d’excellence, avec des conditions de travail acceptables, car nous ne voulons pas hypothéquer notre avenir, car notre combat est légitime, parce que nous sommes l’avenir et nul n’a le droit de briser cet élan", a lancé Mapal Sambou.
 
Les étudiants de l’UGB réclament que la suite de l’enquêté sur la mort de Fallou Sène "soit diligentée, afin que l’opinion soit informée sur les véritables coupables’’, a insisté le président du CESL, alors que ceux de l’UCAD avaient décidé de suspendre mercredi leur mot d’ordre de grève, tout en se réservant le droit de reprendre leur mouvement si nécessaire.
Vendredi 1 Juin 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :