Thiès : « L'agriculture écologique et biologique est un puissant moyen de résilience et d'adaptation aux changements climatiques pour le monde et par rapport à la bombe écologique » (Ibrahima Seck)


Pour une meilleure implication de la plateforme multi acteurs de l'agriculture écologique
biologique en Afrique de l'Ouest, un atelier de lancement du projet Centre de Connaissances en Agriculture Biologique en Afrique de l'Ouest (KCOA) "Knowledge Hub on Organic Agriculture in West Africa" s'est tenu dans la cité du rail. Ce projet d'une durée de cinq ans est financé à hauteur de 16 millions d'Euros par des partenaires Allemands. Il regroupe une soixantaine de participants venant de cinq pays de l’Afrique de l’Ouest, des représentants du gouvernement du Sénégal, des partenaires Allemands de la BMZ/GIZ, de la CEDEAO, de l’IFOAM, FENAB entre autres. 

Ainsi, au terme de ce conclave, les participants devront avoir une compréhension commune du projet KCOA et de ses activités à mettre en œuvre pour atteindre les résultats visés (3 extrants). Selon le président d'honneur du Cadre national de concertation des ruraux (Cncr) Mamadou Cissoko, le changement de système de production s'impose. "Le monde est menacé par les changements climatiques. L'Afrique a vécu cinquante années de politiques de productivité portées par plus d'engrais. Résultat : nos populations font face à des maladies comme le diabète, la tension etc... Nous sommes dans une situation d'auto destruction. Et comme le suicide n'est pas permis, il y a un sursaut avec le mouvement paysan autonome qui s'active dans  l'agriculture écologique biologique", a-t-il martelé.

À l'en croire, le changement de méthode de production nécessite un changement de paradigme des politiques agricoles de nos gouvernements. Aussi, se désole-t-il, cela fait plus de 35 ans que nous essayons de sortir de ce piège. "Nous pensons que l'engrais minéral cause moins de danger que l'engrais chimique". 

Selon le coordonnateur de la fédération nationale pour l'agriculture biologique (Fenab), Ibrahima Seck, " l'Etat a compris. Surtout que le Président Macky Sall a annoncé que le Sénégal va aller vers la transition écologique avec le plan "Sénégal Vert". Mais ce que nous voulons, c'est que les subventions agricoles puissent bénéficier aux agriculteurs biologiques, puisque cette forme d'agriculture est celle du futur.  C'est l’agriculture qui produit des aliments sains pour la santé de l'homme, de l'animal et de l'écosystème", affirme-t-il, avant de conclure : " cette forme d'agriculture est un puissant moyen de résilience et d'adaptation aux changements climatiques pour le monde et par rapport à la bombe écologique". 
Samedi 25 Janvier 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :