Sibassor : Le quorum n'étant pas atteint, le vote du budget 2018 reporté... Le bras de fer continue entre les élus


Sibassor : Le quorum n'étant pas atteint, le vote du budget 2018 reporté... Le bras de fer continue entre les élus
Il y a de l'électricité dans l'air à la municipalité de Sibassor (département de Kaolack) . Conviés à prendre part à la session budgétaire 2018, 19 conseillers municipaux ont opté pour la politique de la chaise vide en vue de faire dans le boycott. 

Les raisons sont multiples, dira le premier adjoint au maire, Babacar Sarr. " Vous savez nous mettons en place un budget, mais la manière avec laquelle ce budget est exécuté, c'est véritablement de la maladresse. Le bureau municipal ne s'est jamais tenu, c'est pourquoi nous les adjoints au maire, nous ne pouvons pas être solidaires avec le maire et pourtant, il est stipulé dans le code général des collectivités locales qu'avant tout conseil municipal, le bureau municipal doit se réunir mais cela n'a pas été fait. L'autre chose, c'est que le compte administratif doit être soumis aux conseillers dans le débat d'orientation budgétaire ou à la session de l'examen du vote du budget, mais on ne le donne jamais aux conseillers, alors comment peut-on savoir la façon dont le budget a été antérieurement exécuté? Voilà le problème! "

Conseiller municipal de son état, Aly Ndiaye enfonce le clou. " Depuis 2016, l'exécution du budget a toujours fait défaut. Sur plus de 10 000 habitants, 40 personnes ont été élues pour la représentation au sein du conseil municipal de Sibassor. Malheureusement, le maire a toujours détourné les biens de la commune à d'autre fins, c'est pourquoi, nous nous sommes levés pour que cela cesse. D'ailleurs, nous n'écartons rien du tout, nous irons jusqu'au bout afin de bloquer le vote du budget et amener le sous-préfet à avoir sa main dans l'exécution du budget 2018", a-t-il martelé.

De notre côté, nous avons tenté en vain de joindre le maire de Sibassor, Djiby Kalidou Niang. Ayant boycotté la première session budgétaire, les conseillers municipaux ont encore menacé de remettre ça. Et si aucune issue n'est trouvée d'ici la prochaine session, le sous-préfet pourrait être amené à autoriser la mise à exécution du 12 ème provisoire consistant à réintégrer les ouvertures de crédit et les autorisations de percevoir les impôts et revenus publics nécessaires pour assurer la continuité des services.  Affaire à suivre...
Vendredi 16 Mars 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :