Sécurité intérieure : Le ministère des Forces Armées sort la grande artillerie financière pour se doter de matériels lourds et sophistiqués.


Au de-là de la défense des frontières et de l’espace maritime, les armées sont aussi sur d’autres fronts : la sécurité intérieure du pays. Une sécurité qui pourrait être fragilisée par la porosité des frontières, mais aussi par les tensions socio-politiques, comme ce fut le cas des émeutes qui ont eu lieu le mois dernier et lors desquelles on a enregistré une quinzaine de morts, des dizaines de blessés et des arrestations d’activistes et d’hommes politiques.

Cette sécurité intérieure gérée par la police, n’est pas seulement l’affaire des limiers,  qui sont épaulés par les pandores de la gendarmerie qui défend du ministère des Forces Armées. Au vu des différentes menaces de la stabilité de la sécurité intérieure, le ministère a mis en place un important programme pour parer à toutes ces menaces, voire préparé ce corps en renforçant annuellement les hommes et le matériel.

C’est ainsi que dans le cadre du programme mis en place pour l’année 2021, sachant que « sans la paix et la sécurité, aucune activité de développement ne peut prospérer », la gendarmerie a d’abord quatre défis à relever pour réussir la mission : les insuffisances constatées dans le matériel roulant, les engins blindés  et les armements majeurs qui obèrent la mobilité tactique et la puissance de feu des unités de l’armée de terre ; le délabrement avancé du patrimoine immobilier et le déficit très important en équipements nécessaires à l’exécution des missions opérationnelles et d’appui au développement ; le taux d’indisponibilité très élevé lié à l’âge avancé des unités navales pour renforcer les missions de défense et d’action de l’État en mer et enfin l’absence de capacité et de défense de l’espace aérien et la faiblesse des moyens d’appui et d’aéromobilité au profit des troupes au sol. Des insuffisances que le ministère veut désormais résorber pour pouvoir faire face à la menace d’où qu’elle vienne pour déstabiliser la quiétude des Sénégalais.

Dans la rubrique dépenses d’investissements, l’armée a dévoilé les montants de matériels déjà achetés et qu’elle compte acheter. L’acquisition et l’aménagement du Casa-235 maritime reçu mardi est évaluée à 5 milliards ; le programme de renforcement des moyens national (socle radars) c’est 774.264.829 francs Cfa ; acquisition de quatre vedettes (requin1) à 5.024.900.360f Cfa ; le renouvellement du matériel parachutiste pour 750 millions de francs Cfa ; la réhabilitation des cantonnements des zones militaires pour 1. 500 millions francs Cfa ; 3 milliards pour l’acquisition de véhicules tactiques pour l'unité d'infanterie motorisée ; la reconstitution des stocks de munitions toutes tranches à 1 milliard ; système de transmission numérique en zone sud à 350 millions ; renouvellement des engins blindés du bataillon de reconnaissance 2.300 millions ; équipement en matériels de déminage 2 milliards ; équipement en matériels de franchissement de porte 70 tonnes 5 milliards ; équipement en matériels de neutralisation d’explosif (Nedex) 200 millions ; investissement aéroport Léopold Sédar Senghor 200 millions ; acquisition et équipements d’aéronefs 5.600 millions.

Autant de projets mis en place par le ministère pour faire face aux tractations de l’ennemi qui peut frapper à tout moment et à tout instant.
Mercredi 7 Avril 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :