SEN - EGY - Billetterie : Les revendeurs du marché noir accaparent les tickets et imposent des prix exorbitants aux supporters...


Il n’y pas plus de tickets au niveau des points de vente Diotali. L’annonce a été faite par la structure (Diotali partenaire technique de la fédération sénégalaise de football) chargée de la commercialisation de billets permettant de suivre le match de barrages retour du mondial 2022, Sénégal vs Égypte. Mais, dans le marché noir, les ventes explosent, les revendeurs se frottent les mains, faisant des bénéfices exorbitant sur le dos de leurs concitoyens.
 
Dans le même sillage, en réponse à cette situation déplorable, la fédération sénégalaise de football (Fsf) a publié un communiqué ce vendredi, dans le but de dénoncer la vente de tickets (souvent faux) qui s’effectue actuellement sur le marché noir. « La Fédération Sénégalaise de Football (FSF) informe l’opinion qu’elle a été amenée à constater des tentatives de confection et de vente parallèle de tickets frauduleux pour le match retour Sénégal vs Égypte... » Au même moment, des centaines de citoyens sénégalais désireux d’acquérir des billets d'entrée peinent à apercevoir le précieux bout de papier…

Les tickets de 3.000 et 10.000 FCFA déjà épuisés selon le site Diotali...

Comme annoncé plus haut, le site gaindeyi.com  est en rupture de stock de même qu'au niveau des points de vente de tickets (Dieuppeul, Ouest Foire , Liberté 6, Auchan Zac Mbao...) Il n'y a plus de vente puisque tout a déjà été acheté (48.000 places sur les 50.000 sièges disponibles, selon la Fsf) après deux jours de commercialisation entre le mardi 22 mars et le jeudi 24 mars. Mais pendant ce temps-là le marché noir est très bien approvisionné puisque les revendeurs ont en leur possession des milliers de billets "injustement" achetés au niveau des points de vente, en grosse quantité.

En effet, beaucoup se sont posé la question de savoir comment des individus ont pu bénéficier d'autant de tickets alors que le supporter lambda galère sous le soleil et les longues files d'attente pour acheter un ou deux billets ? Car s'il y a une "pénurie" elle vient de cet inéquitable accès au produit. Y a-t-il une sorte de deal sournoisement ficelé autour de ce business ? Cette situation engage forcément la responsabilité de la fédération sénégalaise dans un premier temps et ensuite de son partenaire Diotali. Complètement dépassées par la tournure des événements, les deux structures sont dans la réaction avec une forme de fuite en avant qui n'arrange pas les choses.

Les points de vente sont largement insuffisants... La banlieue laissée en rade...

La complainte qui revient très souvent auprès des supporters interrogés à ce sujet, c'est l'insuffisance des points de vente implantés par Diotali. Certains ont avoué avoir quitté des zones lointaines (Pikine, Rufisque, Mbao, Keur massar etc) pour rallier les sites dédiés à la vente de tickets. "Pourquoi n'y a-t-il pas de points au niveau de la banlieue?" s'est interrogé un supporter qui faisait la queue au Diotali de Ouest-foire. D'après eux, il aurait fallu rester dans l'ancienne formule et surtout avoir le maximum de points de vente disséminés dans des endroits stratégiques.

Le marché noir en pleine ébullition... Le prix des billets passe du simple au triple en quelques jours...

Pour en revenir au "Black market" il est le plan B vers lequel se tourne la majorité des supporters qui espèrent encore trouver un ticket pour aller voir les Lions au stade Abdoulaye Wade le mardi 29 mars. Et, comme il est de coutume, les revendeurs ne se gênent absolument pas pour faire payer très cher leurs concitoyens désespérés et pris dans le piège du marché noir. 


Présentement, il faut débourser 8.000 à 10.000 FCFA pour avoir un ticket qui normalement est vendu à 3.000 FCFA (sièges rouges.) Pour accéder aux places jaunes, n'en parlons même pas, les prix flambent littéralement avec des tarifs variant de 15.000 à 20.000 FCFA là où la Fsf avait plafonné à 10.000 FCFA. Et plus le match de barrages retour, Sénégal vs Égypte approche, plus les billets seront à la fois rares et donc plus coûteux.

Les supporters sous la menace des doublons...
 
En plus de cela, il faut espérer tomber sur un revendeur assez sérieux pour ne pas vous refiler un faux ticket. Une vulgaire reproduction faite à partir du prototype original, pour ferrer un maximum de pigeons et leur vendre des contrefaçons. C'est d'ailleurs dans ce sens que la Fsf qui a senti la situation dégénérer a sorti un communiqué pour prévenir les potentiels clients du marché noir.

« 
Elle (la Fsf) déconseille fortement le rachat desdits tickets proposés par un quelconque individu qui les aurait déjà acquis en ligne. En tout état de cause, la FSF se réserve le droit d’engager des poursuites à l’endroit de tout contrevenant qui nuirait à son image et à sa réputation. »

Le risque de se retrouver avec des supporters qui possèdent de faux billets donc des originaux reproduits plusieurs fois, est énorme ! De bonne foi, des milliers d’acheteurs de ces tickets contrefaits risquent de se retrouver bloqué au niveau des portiques d’entrée du stade Abdoulaye Wade où un QR code sera de mise pour accéder à l’intérieur. 

Les faussaires à l'affût... Le QR Code pas si verrouillé que ça...

Si certains revendeurs ou businessmen, fourguent des tickets valables en se faisant un maximum de marge sur leurs bénéfices. Les faussaires sont aussi de la partie, tapis dans l’ombre attendant la moindre opportunité pour se remplir facilement les poches. Le fameux Quick response code (QR Code) ou encore code à réponse rapide, intégré dans les billets sera-t-il suffisant pour sécuriser les ventes ? Rien n’est moins sûr ! 

Avec ce nouveau système, les usagers qui ont acheté leurs tickets auprès des points officiels peuvent avoir quelques garanties quant à l’authenticité de leurs Pass. Seulement, il faudrait à tout prix éviter de dévoiler son QR code à autrui. Une fois scanné par la mauvaise personne, on peut très rapidement se faire virtuellement dépouiller de son bien. Gare à statut WhatsApp, snap et autres… billet en main, le QR code dévoile…

Vers une fête gâchée au stade Abdoulaye Wade le 29 mars prochain… ?

Tout cela pour dire que le risque de voir des mouvements d'humeur au stade Abdoulaye Wade, le jour du match retour Sénégal – Égypte, est élevé ! On ne le souhaite absolument pas. Mais, au vu de la grogne qui monte sournoisement chez les supporters sénégalais et du sentiment d’injustice que bon nombre d’entre eux éprouvent, des manifestations pourraient éclater si des dispositions ne sont pas prises par la Fsf. 

Acheter un billet au prix fort et se retrouver bloqué à l’extérieur parce qu’il est faux ou tout simplement parce que le stade est déjà plein. Cela ferait désordre et serait forcément source de tensions alors qu’il s’agit d’une fête du football. Une occasion de se qualifier à une deuxième coupe du monde d’affilée.  

Les malheureux incidents survenus lors de la cérémonie d’inauguration du stade, le 22 février dernier, ne devraient plus jamais se reproduire…
Vendredi 25 Mars 2022
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :