Réchauffement climatique : le Sénégal compte porter la voix de l’Afrique à la COP 27 en Égypte


En vue de la COP 27 qui aura lieu du 7 au 18 novembre à Charm el-Cheikh en Égypte, le Sénégal, entend défendre ses intérêts en matière de réchauffement climatique qui est actuellement un sujet qui préoccupe le monde entier, car la survie du monde dépendra des décisions qui seront prises lors de cet événement sur le climat. Et pour ce faire, le Ministère de l'Environnement, du Développement Durable et de la Transition Écologique a tenu ce 27 octobre dans un hôtel de la place un atelier préparatoire de la délégation du Sénégal à la 27e Conférence des parties à la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques pour porter les revendications du pays sur le réchauffement climatique.
En effet, le réchauffement climatique est arrivé à un niveau inquiétant, causant d’énormes dégâts écologiques ces dernières années dans plusieurs parties du monde, notamment en Afrique où on dénote des inondations, des sécheresses, des feux de brousse et de fortes chaleurs. Et pourtant, si nous sommes arrivés à ce niveau, l’empreinte carbone d’Afrique est presque insignifiante, elle est de moins de 15% comparé aux grandes puissances qui émettent entre 36 et 45%. C’est dans ce contexte que le Sénégal entend porter la voix du continent pour arriver à des accords favorables avec les pays qui polluent le plus, lors de la COP 27.
Lors de la COP21 en France, des accords (les accords de Paris) avaient été pris, tels que la réduction des émissions et la limite du réchauffement climatique à 1,5 Celsius, mais aussi, soutenir les pays les moins avancés pour contenir et s’adapter aux effets causés par le réchauffement climatique. Depuis lors, certains engagements comme la question sur le financement sur le climat (100 milliards de dollars promis) n’ont pas été tenus par les pays pollueurs. Ainsi, les pays les moins avancés qui sont les moins pollueurs et qui subissent le plus les conséquences, comptent se faire entendre lors de la COP 27. Et selon le ministre de l’environnement sénégalais, M. Alioune Ndoye, « cette rencontre intervient à un moment où la communauté internationale se trouve à la croisée des chemins, avec l’obligation de prendre des mesures urgentes pour maintenir à portée de main l'objectif de l'Accord de Paris consistant à limiter le réchauffement de la planète nettement en dessous de 2°C voire 1,5°C, au cours de ce siècle ».
Ainsi, le Sénégal va porter la voix de l’Afrique lors de ce COP 27 dans les négociations. Les questions essentielles qui seront abordées à Charm el-Cheikh en Egypte, sont entre autres, le financement de l’action climatique, « la COP 27 doit déboucher sur des résultats financiers ambitieux, notamment sur la mobilisation des 100 milliards de dollars US promis par les pays développés », note M. Alioune Ndoye, l’adaptation aux effets des changements climatiques des pays africains et la problématique des pertes et dommages. Ainsi, le ministre égyptien des Affaires étrangères et président désigné de la COP27, M. Shoukry, déclarait lorsqu’il participait au Forum économique mondial de Davos, en Suisse tenu en mai 2022, que « les engagements et les promesses doivent maintenant être mis en œuvre dans tous les secteurs du programme de lutte contre le changement climatique, qu'il s'agisse de l'adaptation, de l'atténuation ou du financement, des pertes et des dommages. »
Pour rappel, le sommet COP 27 réunira les États parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques. À cet effet, les Sénégal compte aménager un pavillon de 150 m2 qui sera une vitrine pour la destination Sénégal et un espace de travail de la délégation pour échanger et partager avec ces partenaires sur les progrès accomplis par le Sénégal dans la lutte contre le changement climatique.
Jeudi 27 Octobre 2022



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :