Propagande en faveur du PDG de D-MEDIA : ZIK FM et SEN TV risquent le retrait de leur autorisation d'émettre


Propagande en faveur du PDG de D-MEDIA : ZIK FM et SEN TV risquent le retrait de leur autorisation d'émettre
Le Conseil national de régulation et de l'audiovisuel (Cnra) veut que la campagne de propagande en faveur de Bougane Gueye Dany, candidat à l’élection présidentielle et par ailleurs PDG de D-media, cesse sur la radio ZIK FM et la télévision SEN TV. Les deux chaines du groupe risquent le retrait pur et simple de leur autorisation d'émettre.
 
 
 
En effet l’organe en charge de la régulation de l’audiovisuel avait déjà le 4 septembre dernier enjoint les deux organes précités de « ne plus diffuser le spot publicitaire appelant à parrainer le promoteur du groupe, à mettre un terme à l’utilisation du groupe pour la propagande ou la collecte des parrainages en faveur de son promoteur et enfin de mettre un terme au détournement de fonction et d’objectif noté depuis quelques temps sur la ZIK FM et la SEN TV ». Un courrier avait été adressé au groupe, le 21 septembre 2018, pour rappeler l’obligation pour les médias audiovisuels de respecter les principes d’équité et d’équilibre.
 
 
 
Mais, il semblerait que la Sen Tv et Zik Fm ont passé outre cette mise en demeure. Aussi le CNRA, après avoir constaté son non-respect, enjoint lesdites chaînes de mettre immédiatement un terme « à la propagande en faveur du Président Directeur Général du Groupe D-MEDIA ; au détournement de fonction et d’objectif découlant de cette propagande ».
 
 
 
Le non-respect de cet avertissement expose la ZIK FM et la SEN TV aux sanctions prévues à l’article 26 de la loi 2006 -04 du 4 janvier 2006 portant création du CNRA.  Ainsi, le gendarme de l’audiovisuel sénégalais pourra ordonner l'arrêt immédiat sans préjudice de sanctions allant de la suspension de tout ou partie des programmes, au retrait pur et simple de l'autorisation d'émettre en passant par les sanctions pécuniaires allant d'une amende de deux à dix millions ou une pénalité quotidienne de cent mille francs en cas d'inexécution de sa décision.
 
Lundi 15 Octobre 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :