Présumé membre de la cellule de Mouhamed Ndiaye dit Abou Youssouf : Omar Keïta, un dommage collatéral ?


L'accusé Omar Keïta fait partie des Sénégalais qui ont été cueillis en février 2016 par la police mauritanienne et extradés quelques mois après au Sénégal. Mais l'homme pourrait bien être un dommage collatéral de la lutte contre le terrorisme, comme il l'a lui même expliqué à la chambre criminelle. 

Revenant sur les péripéties de son arrestation, le professeur de Sciences de la vie et de la terre en Mauritanie, a affirmé avoir été embarqué alors qu'il volait au secours de son compatriote Alpha Diallo. Il a affirmé avoir fait comprendre aux policiers qu'ils n'avaient pas le droit de débarquer à l'improviste et de procéder à une arrestation. Les limiers leur ont répondu que c'était une opération de vérification d'identité. Selon l'accusé, une fois au poste, il ont eu l'assurance qu'ils seraient relâchés le lendemain. Ce qui ne se produira pas puisqu'en compagnie de 6 de ses compatriotes qui vivaient en terre mauritanienne, Omar Keïta qui dit avoir mis un terme à ses études après l'obtention du BFEM, a été extradé au Sénégal. Des 29 accusés, Omar Keïta ne reconnait de relations poussées qu'avec Boubacar Decoll Ndiaye. 

Interrogé sur ses rapports avec Makhtar Diokhané, il a nié avoir des accointances avec ce dernier. Il a balayé du revers de la main avoir participé aux réunions du groupe de Makhtar Diokhané qui ont eu lieu au Lac Rose, à Richard Toll, à Petit Mbao ou à Rosso. Que pense-t-il du jihad mené par Boko Haram ? L'accusé est d'avis qu'il n'a pas sa raison d'être et se défend d'avoir des velléités de jihadiste. Son audition a duré le temps d'une rose avant que le président de la chambre criminelle ne suspende l'audience. 
Mercredi 18 Avril 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :