Perception de la corruption : Le Sénégal meilleur élève de l’Uemoa.


Comment le Sénégal se situe-t-il en matière de degré de liberté face à la corruption lorsqu’on le compare à ses sept autres partenaires de l’Uemoa que sont le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée Bissau, le Mali, le Niger, et le Togo ? Cette question, l’essayiste Abdou Aziz Diop, par ailleurs, conseiller spécial à la Présidence de la République y a apporté une réponse à travers une analyse comparative de la perception de la corruption dans les huit pays de la zone Uemoa.
 
Dans ses écrits, il est relevé qu’entre 1995 et 2017, soit près de 25 ans, l’évolution du degré de liberté face à la corruption au Sénégal et dans le reste des pays de l’Uemoa permet de distinguer deux groupes de pays : Le premier comprenant les 5 pays à forte limitation de la liberté d’entreprendre du fait de la corruption et le second composé des 2 pays dont les degrés de liberté face à la corruption sont plutôt proches de ceux du Sénégal44. 
 
Et du classement établi, il est apparu que l’analyse de M. Diop a classé ‘’le Sénégal meilleur élève dans le premier groupe. Il est bien meilleur élève de la classe des pays constitutifs avec lui du premier groupe, c’est-à-dire la Côte d’Ivoire - locomotive économique de la zone Uemoa -, la Guinée Bissau, le Mali, le Niger et le Togo’’.
 
Il en est de même dans le second groupe. À ce niveau aussi ‘’le Sénégal reste meilleur élève dans la classe du groupe formé avec lui par le Bénin et le Burkina Faso, « le pays des hommes intègres ». Ce bon classement du Sénégal est favorisé par le fait qu’au ‘’Sénégal le degré de liberté face à la corruption est plus élevé que dans les sept autres pays avec lesquels il partage la même zone économique et monétaire. Dire que cela ne sut toujours pas signie que des problèmes demeurent. Mais cest sans complexe que le Sénégal parle de corruption dès lors que sa zone économique et monétaire se mobilise pour lutter contre le fléau dont le recul est incontestable aujourd’hui’’.
 
Abdou Aziz Diop qui a fait l’analyse a aussi évoqué le degré de liberté face à la corruption dans l’Uemoa. Il cite comme source le Heritage Foundation, un institut de recherche et d’éducation fondé en 1973 dont la mission consiste à formuler et à promouvoir des politiques conservatrices basées sur les principes de la libre entreprise. Lequel renseigne que ‘’le degré de liberté face à la corruption permet de déterminer la limitation par les corrupteurs de la liberté individuelle. Un degré de liberté proche de 100 correspond à une limitation très faible, voire inexistante, de la liberté d’entreprendre des individus et des groupes organisés’’.
 

 
Dimanche 26 Janvier 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :