Marches interdites au Sénégal : Macky Sall déconstruit les idées reçues.


Suite à son adresse à la nation, le président de la République est en train de faire face à la presse sénégalaise, pour un Grand Entretien diffusé sur la télévision nationale. Une occasion saisie par les journalistes pour interpeller Macky Sall sur des questions d'actualité. Parmi ces préoccupations, les innombrables interdictions frappant les marches initiées par les organisations de la société civile ou des partis politiques de l'opposition. Dans cette dynamique, l’arrêté Ousmane Ngom qui interdit tout rassemblement en centre-ville a été évoqué.

Dans sa réponse, Macky Sall a déjà tenu à faire remarquer que "le Sénégal est démocratie". Cependant, le président précise que c'est aussi "un Etat de droit" où les actes de chacun doivent être régis par des règles.

Selon le chef de l'Etat, organiser des marches ne veut pas dire le faire en dépit des lois et règlements du pays. Pour lui, les organisateurs doivent toujours discuter avec les autorités pour trouver les meilleurs itinéraires afin de préserver la paix sociale. "Il y a des centres névralgiques où il n'est pas acceptable de tenir un rassemblement", attire-t-il l'attention de ses interlocuteurs qui s'entendront aussi dire qu'il n'est pas admissible que des marcheurs se permettent de vouloir accéder au palais alors qu'ils n'y ont pas droit.

Selon lui, c'est même à croire que ceux qui sont à l'origine de telles initiatives sont animés par d'autres intentions.

"Sur 100 marches, seules 2 sont interdites", révèle le président Macky Sall qui pour railler les initiateurs de manifestations dit qu'il "est recommandé de marcher". "Mais il faut le faire en respectant les lois du pays", conclut-il. 

 
Mardi 31 Décembre 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :