Marché central au poisson : Le départ du directeur réclamé

Des toilettes impraticables, l’attribution illégale des badges à 2500 Fcfa par personne, l’installation d’un faux comité de gestion, le mauvais état des canalisations, des usines de conservation de glace non fonctionnelles, entre autres difficultés. Ce sont là les maux listés par les mareyeurs de Djoloff du marché central aux poissons de Pikine, qui réclament le départ du directeur dudit marché.


Marché central au poisson : Le départ du directeur réclamé
Le torchon brûle entre le directeur général du marché au poisson de Pikine, Mamadou Abdoulaye Mbaye, et des mareyeurs de Djoloff. Ces derniers clouent au pilori la gestion du marché par le Dg, et déplorent la dégradation avancée de leur cadre de travail. Ces mareyeurs qui interpellent le Chef de l’Etat Macky Sall, réclament le départ du Directeur général. Ils ont tenu hier une conférence de presse pour manifester leur colère. Selon le porte-parole du jour, Alioune Fall, ses camarades éprouvent beaucoup de difficultés liées à une mauvaise gestion du marché. Les murs ont été peints pour tromper les autorités. Certaines chambres froides ne fonctionnent pas. Les travailleurs n’ont pas de statut et les salaires sont insignifiants. « Le personnel a des arriérés de salaires de plus de 16 mois. Ce, depuis le capitaine Diop, feu Ndiaga Thiam et aujourd’hui Mohamadou Abdoul Mbaye qui a été coopté par le Ministre de la Pêche pour le redressement de l’usine où s’activent plus de 8.000 âmes. Les agents qui ont travaillé à son temps sans être payés sont au nombre de 64», dira Alioune Fall. Quand à Baba Sall, le secrétaire général du mouvement des mareyeurs du Djolof, il a fait savoir que « des décisions sur le port des badges ne doivent pas être prises solitairement comme fait le nouveau directeur, sans concertation avec les usagers et le personnel. Les délégués continuent à agir alors que leur mandat est arrivé à terme. La tenue d’une assemblée générale est importante pour des éclaircissements aux yeux des usagers sur la gestion de l’usine. Le comité de gestion installé est fictif. Il doit y avoir une autre organisation de gestion et de contrôle pour accompagner les mareyeurs dans l’exercice de leur travail. »

Parmi les maux listés, on peut retenir des toilettes ne sont pas utilisables, les mauvaises canalisations, la gestion nébuleuse des recettes.

Interpellé, le Directeur Général du marché central au poisson soutient que ceux qui agitent ne sont que des mécontents et que le marché a été redressé et est bien géré...
Mercredi 23 Janvier 2019
Dakaractu




Dans la même rubrique :