Loi portant code pénal et code de procédure pénale : Me Malick Sall avance les raisons qui ont permis d’emprunter la procédure d’urgence.


Revenant au texte modifiant la loi portant code pénal et code de procédure pénale, le ministre de la justice, garde des sceaux a tenu à rassurer sur les orientations qui ont valu aux changements intervenus dans le projet de loi soumis aux députés, ce 25 juin, pour vote.

Selon Me Malick Sall, le gouvernement a eu à emprunter la procédure d’urgence pour des raisons très simples dans ce dossier.

« Le Sénégal a ratifié des conventions internationales. Cette ratification s’est faite ici. Ces textes dont le deadline qui est fixé au gouvernement du Sénégal est presque atteint, a placé à l'heure actuelle le Sénégal en zone grise. Nous avons donc dû discuter avec le GAFI qui est l’organe chargé dans le monde entier de veiller et de superviser la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme », a expliqué le ministre face aux parlementaires.
Le ministre a également renseigné que le texte soumis aux députés ne parle guère de terrorisme.

« Ce texte règle les problèmes des fuites et blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme. Et cela nous sommes tenus d’y déférer. Nous avons donc dû, du fait qu’il y a eu un retard imputable aux effets de la pandémie, renégocier un plan avec les organisations internationales et avec le GAFI et ce plan nous donne une date limite pour l’exécution des dispositions soumises à votre appréciation aujourd’hui. Si nous laissons passer ce deadline, le Sénégal sera placé sous la liste rouge », a soutenu Me Sall qui renseigne sur les conséquences si toutefois le pays était classé dans la zone rouge.

« Cela signifie qu'aucun investisseur ne viendra investir ici. Ça signifie beaucoup d’autres choses encore plus graves pour notre pays et pour nos citoyens. Je pense qu'un gouvernement responsable avec en face une assemblée responsable ne permettra pas une telle survivance », a-t-il dit.
Vendredi 25 Juin 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :