« L’importance des données dans le futur au Sénégal » : La réflexion déclenchée autour du thème


Afin de susciter une conversation significative en matière de données ainsi que sur leur rôle et valeur en Afrique, plus particulièrement au Sénégal, Facebook et Future Agenda ont co-organisé  l'atelier « Future of Value of Data » à Dakar, en collaboration avec le Consortium pour La Recherche Economique et Sociale (CRES). Selon une note issue de cette rencontre, en rassemblant différents acteurs locaux, y compris les décideurs, législateurs, académiciens et représentants du secteur privé, l'atelier visait à créer un dialogue ouvert et avisé, avec un focus particulier sur la façon dont les données évoluent et pourquoi et comment leur valeur peuvent changer des vies. Au cours de l'événement, les participants ont également exploré les questions relatives à la collecte, à l'utilisation, à l’importance et au rôle des données en matière de développement.
Selon la même source, les représentants de Facebook ont déclaré « qu’il était impératif que des économies telles que celles du Sénégal participent à la réflexion sur l’importance des données et à l’impact qu’elles peuvent avoir sur la société, en favorisant une rentabilité sociale et économique. Permettant une implication proactive à travers des échanges constructifs, nous démontrons davantage notre engagement envers l'Afrique et ses populations, tout en restant connectés, à l'écoute; et en acquérant de nouvelles connaissances ».
Dans la foulée des multiples réflexions internationales autour de l'utilisation des données, leurs potentialités et les risques de violation, les ateliers ont permis aux participants de se familiariser avec un discours et un environnement communs pour comprendre les données, spécifiquement en Afrique, et tout en permettant une compréhension plus approfondie des diverses possibilités et réalités que ces dernières représentent et de leur utilité pour la société.
Pour le Dr Tim Jones, Future Agenda, dont il est le Directeur des programmes a pour ambition de contribuer à la mise en place d'un accord commun sur la véritable valeur des données et de leur impact sur la société. « Nous nous efforçons d'y parvenir en nous associant à un ensemble d'organisations implantées dans différents pays, afin d'identifier aussi bien les enjeux mais aussi les possibilités qu'offre l'accès aux données. Nous nous réjouissons d'avoir Facebook comme partenaire international et le Consortium pour la Recherche Economique et Sociale (CRES) en tant qu’hôte local. Aussi nous espérons que cette expérience sera forte enrichissante et productive. On peut donc dire sans exagération, que les données et l'usage qui en est fait serviront à définir l'avenir des sociétés et par conséquent, de leurs économies ».
Pour finir, le Professeur Abdoulaye Diagne, Directeur Exécutif, CRES a rappelé que aujourd’hui, la plupart des individus ont une vie très active sur internet, à travers les adresses e-mail, les comptes en ligne pour acheter des biens, les réseaux sociaux, les forums, les blogs, etc. Aussi, se sont créées de véritables identités numériques, que les données qui les composent rendent chacune singulière. Il est donc urgent a-t-il laissé entendre, « de repenser la question des données en sortant du persistant paradigme conflictuel, mais en privilégiant des approches consensuelles, qui garantissent les droits et libertés de tout un chacun. Il ne faut pas que l’on s’y trompe, les données, à travers l’information qui en constitue la particule élémentaire, sont la semence des progrès de demain. A ce titre, elles sont précieuses et doivent être vues comme une opportunité pour l’avenir de l’humanité et non comme un risque ».
 
 
 
Samedi 30 Juin 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :