Excision avortée de cinq fillettes à Boune : Le Réseau Siggil Jigeen qualifie l’acte de crime.


Le Réseau Siggil Jigeen condamne fermement l’affaire de l’excision des cinq fillettes âgées de 5 à 7 ans qui s’est produite à Boune ce mercredi 24 février 2021. Safiétou Diop, présidente dudit Réseau, qualifie cet acte de crime dont les conséquences sont désastreuses pour ces jeunes filles. Selon elle, son organisation ne peut pas tolérer cet acte à la base de la loi de 1999 pénalisant l’excision. « Les auteurs de cet acte sont des criminels. Nous ne pouvons pas admettre que ces pratiques continuent sous nos yeux surtout dans notre capitale sénégalaise. Au Sénégal, nous sommes entre 22 à 23 % de taux d’excision », a fait savoir Mme Diop. 

Elle ajoute : « nous ne voulons pas qu’une femme soit mutilée ni moralement, ni physiquement, ni intellectuellement. Nous sommes contre cette tradition néfaste à la santé des femmes et à leur l’épanouissement et qui est une violation systématique des droits de la femme. 

A l’en croire, l’État du Sénégal doit mettre des stratégies pour éradiquer définitivement ce fléau.

Pour rappel, la brigade de gendarmerie de Keur Massar a mis aux arrêts des personnes qui tentaient d’exciser des fillettes à Boune. Les victimes ont été acheminées au district sanitaire de Keur Massar où elles ont bénéficié de premiers soins avant d’être acheminées dans une structure sanitaire pour subir une intervention chirurgicale, alors que les deux (2) autres ont été placées à l'AEMO de Pikine.
Samedi 27 Février 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :