Décès du jeune américain à Kaolack : Accusé de négligence, l'hôpital régional El Hadj Ibrahima Niass se lave à grande eau.


Après le mouvement d'humeur noté cet après-midi par des talibés Baye à l'hôpital régional de Kaolack, suite au décès du jeune américain Mohamed Cissé, agressé avec son père à Fass Kahone par une bande de malfaiteurs, les autorités sanitaires ont tenu à faire face à la presse pour apporter des éclairages à la suite des accusations de négligence.

" Ce n'est pas le moment de polémiquer, mais le peuple a besoin de savoir et nous aussi avons besoin de dire ce qui s'est passé, de rétablir la vérité des faits parce que dans de pareilles circonstances les gens ont tendance à dire ce qui existe et ce qui n'existe pas. Ce qui est arrivé, c'est que nous avons reçu ce matin vers 5 heures du matin, un père et un fils (Cissé), qui ont été agressés au niveau de Médina Baye. Donc, une agression par arme blanche. Et à l'arrivée, ils présentaient tous les deux des traumatismes crâniens ouverts, ce que l'on appelle classiquement dans le jargon traumatologique des traumatismes cranio-encéphaliques ouverts. Le fils était plus atteint, le père un peu moins et dès l'arrivée, ces malades ont bénéficié de la prise en charge qui sied par le médecin de garde avec des formulaires de soin qui ont été utilisés pour les bilans radiologiques et à l'heure où nous sommes, nous avons tous les bilans radio et le bilan sanguin des deux patients…", a informé le représentant des médecins au niveau du conseil d'administration de l'hopital, le Dr Kalidou Ly.

Avant d'ajouter " Ce qui devrait être fait, a été fait et à l'heure actuelle, nous avons le bilan complet du père qui a un trauma ouvert de la main et des plaies superficielles et un trauma-encéphalique bénin qui est à l'heure où je vous parle,  au bloc opératoire en train d'être opéré. Pour ce qui est du fils que nous avons malheureusement perdu, quand il est arrivé, il présentait un traumatisme cranio-encéphalique grave avec une altération de la conscience et un état hémodynamique qui est instable. Dans ces conditions, il fallait privilégier la stabilité hémodynamique et le calmer avant de faire autre chose. Il a bénéficié d'un bilan sanguin au préalable, car on ne pouvait pas le transporter pour le reste pour faire des radios parce que tout simplement il fallait régler son problème hémodynamique. Et quand il s'est stabilisé, ce que nous avons pu avoir comme renseignement au niveau de la radiologie, c'est quand ce malade a été mis hors de danger plus ou moins dans l'urgence. Cette stabilisation étant faite, le malade a été amené au scanner, mais malheureusement le coup qu'il a reçu au niveau de la tête, c'est une arme blanche( coupe-coupe), il en a reçu beaucoup au niveau de la face et au niveau de la tête. Donc, la crâne a été fendu, il y a eu une issue d'air dans le crâne. Donc, ce qui lui a crée un pneumo-encéphale....A priori, il a eu une atteinte encéphalique grave et après que le scanner a été fait, le malade a commencé à présenter un arrêt cardiaque, donc, il a été pris en charge par un réanimateur et par l'urgentiste, il a été intubé pour vous dire que tout ce qui devait être fait, a été fait et malheureusement il a encore présenté un autre arrêt cardiaque et donc il n'a pas pu résister…"
Mercredi 22 Janvier 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :