CEL/VA/ CEL/VL/FDD/FECT/SOCOCIM/SENELEC…. : La Ville De Rufisque Balaise D’au Moins 3 Milliards Fcfa.


Craignant pour leurs emplois, les agents de la ville de Rufisque sont montés au créneau pour fustiger ce qu’ils considèrent comme une injustice. Ces derniers estiment qu’avec la baisse drastique de la Cel/Va (Contribution économique locale/Valeur ajoutée), qui était à 1.7 milliard de francs, est aujourd’hui à exactement 427 200 557 F CFA. 

De la  CEL/VA et du CEL/VL : de quoi s’agit-il ?

La CEL « khorom si » comme l’a surnommée le chef de l’Etat Macky Sall, est une contribution assise sur la valeur ajoutée dégagée par l’entreprise (CEL/VA) et celle assise sur la valeur locative des locaux (CEL/VL ) servant à l’exercice de la profession autrefois appelée « Patentes ». Les ressources appartenant à tout le peuple, l’État du Sénégal décide en 2018 de la collecter, avant de la redistribuer à l’ensemble des collectivités. En d’autres termes, les patentes versées par les sociétés minières dans la région de Kédougou, doivent être redistribuées au peuple tout entier et non seulement aux populations de Kédougou. De même, les patentes versées par la Sococim Industrie, ne doivent pas servir seulement aux communes de Rufisque. Elles appartiennent à tout le peuple. Il faut donc relever, que si certaines collectivités territoriales applaudissent des deux mains, d’autres par contre se sentiront lésées. Mais c’est le prix à payer pour plus d’équité. La ville de Rufisque, une collectivité territoriale avec un fort potentiel fiscal au vu des industries qu’elle abrite, était riche avant que l’État du Sénégal décide de créer la CEL par la loi n°2018-10 du 30 mars 2018.

En effet, avant l’avènement de la CEL, par exemple la ville Rufisque percevait de la SENELEC, 1 milliard 100 millions FCFA, et la SOCOCIM versait 2 milliards 600 millions FCFA, avant de bénéficier d’une convention et le montant est passé à 1 milliard 300 millions FCFA de 2014 à 2018. Si cette contribution économique n’existait pas, les montants pouvaient facilement atteindre 2 milliards pour la SENELEC et 3 milliards pour SOCOCIM. L’on comprend donc que la ville de Rufisque vive mal l’avènement de la CEL juste parce que 90% du budget du Rufisque provient des recettes fiscales.

La vérité des chiffres.

La mise en œuvre de la CEL aurait donc affecté le budget de la ville de Rufisque. Elle qui a reçu de l’État en 2020 la somme de 1 millIard 700 millions, en 2021 la somme 1 Milliard 200 millions et 2022 l’Etat prévoit de verser 427 200 557 F CFA. Si on fait le calcul une perte de 500 millions en 2021 et une de 800 millions en 2022. Face à cette situation, les agents de la mairie de Rufisque, affiliés au Syndicat des travailleurs des collectivités locales (Sat /Csa), ont émis leurs inquiétudes face au dégrèvement continu du budget de la Ville. Lequel impacte négativement leurs conditions de travail et de vie. «Au niveau de la Ville de Rufisque, nous avons constaté, il y a deux ans, qu’ils ont diminué de presque 35% le budget », a indiqué Mandioba Seck, Secrétaire général local du Sat/Csa. Lui et ses camarades syndicalistes avaient organisé le week-end, un atelier sur les enjeux et défis de la Fonction publique territoriale. « La Cel/Va (Contribution économique locale/Valeur ajoutée), qui était à 1.7 milliard de francs, est aujourd’hui à 427 200 557 F CFA », avait-il dit en présence du maire de la ville, le Dr Oumar Cissé. Mais est-on tenté de nous demander, ce dernier leur a-t-il dit que même si la CEL/VA est de 427 millions, la CEL/VL est, elle de 422 136 420 F CFA. ? Leur a-t-il dit qu’en plus des deux CEL, qui font globalement 849 336 977 FCFA, la ville de Rufisque a reçu 147 308 645 FCFA pour les différents fonds de dotation ? Ainsi, même avec l’avènement du CEL, l’État du Sénégal a versé dans les caisses de la ville de Rufisque au moins 1 003 837 647 FCFA. 

« Donner moi les rênes de Rufisque, je la reconstruis » (Oumar Cissé, député maire)

En plus des 1 003 837 647 FCFA reçus de l’État, la ville de Rufisque, on le sait de la SOCOCIM, la somme de 1 300 000 000F CFA. Si l’on ajoute ce qu’elle reçoit de la SENELEC, de VALDA etc..vous avez une ville qui pèse plus 06 milliards. De quoi reconstruire une ville. Mais en lieu et place d’actes concrets, de projets réalistes et réalisables, Oumar Cissé a installé l’institution qu’il dirige dans un conflit permanent et sans intérêt pour les populations. Tantôt ce sont des conflits avec l’Etat, tantôt avec la SOCOCIM. En effet, aujourd’hui au cœur de la gestion de la cité, il semble ne pas savoir par où commencer. Des tensions et des conflits, comme s’il ne savait pas que la pluie allait à nouveau tomber à Rufisque, que sa ville serait inondée et que les populations seront encore dans le désarroi le plus absolu. « Donnez-moi les rênes de Rufisque, je la reconstruis », disait-il alors en quête du pouvoir municipal. Mais à la vérité des faits et des actes posés, les Rufisquois ne sont pas au bout de leurs souffrances. En effet, le conseil municipal de la ville, dirigé par « l’excellent Oumar Cissé » a voté le budget soumis par le maire pour le compte de l’année 2023 la somme de 2 521 544 093 en recettes. Il faut dire qu’à la lumière de ce que l’on a avancé plus haut, ce budget est déjà dans les caisses de la ville. Nul besoin d’aller chercher ailleurs. Mais pour prouver que les Rufisquois ne sont pas au bout de leurs peines, pour le budget d’investissement, Oumar Cissé n’a prévu que 18% de ce budget, soit 1 198 006 660 Francs CFA, contre 5 323 537 433 Francs CFA, pour le fonctionnement, soit 82%. Pendant ce temps, des villes comme Kaolack, Ziguinchor ont porté leur budget d’investissement à 60 % et seulement 40% pour le fonctionnement.

À la lumière de tout ce qui précède, les agents municipaux de la ville de Rufisque n’ont pas de raison valable de s’inquiéter. En effet, les Agents reçoivent 2.5 milliards de salaire par an. Ce montant représente moins de 50 % du budget de fonctionnement de la ville. Donc dire qu’à cause de la CEL, la ville ne pourra plus payer les salaires n’est que contre-vérité…
Samedi 21 Janvier 2023
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :